BFMTV

Héritage de Johnny Hallyday: le grand déballage autour du testament

De nouveaux éléments fuités dans la presse viennent éclairer d'un jour nouveau la succession de Johnny Hallyday. Dans son dernier testament, celui-ci indiquait avoir déjà légué une partie de sa fortune à Laura Smet et David Hallyday.

Revirement de situation dans l'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday, mort le 5 décembre dernier à l'âge de 74 ans. En début de semaine, Laura Smet avait annoncé vouloir contester le testament de son père. Celui-ci aurait légué tous ses biens à son épouse Laeticia, et à ses deux plus jeunes filles à parts égales en cas de décès de cette dernière, excluant ses enfants aînés.

La veuve de l'artiste avait par la suite fait part de son "écoeurement de l'irruption médiatique autour de la succession de son époux" et indiqué qu'elle ne "souhait(ait) pas polémiquer par voie de presse".

C'est néanmoins par cette voie qu'ont fuité jeudi de nouveaux éléments éclairant d'un jour différent la succession, notamment via RTL, partenaire historique de la carrière du chanteur.

Une partie de l'héritage déjà distribuée

Celle-ci, tout comme Le Point, a eu accès aux trois derniers testaments de Johnny Hallyday. Dans l'ultime version du document, conforme au droit californien, le chanteur écrit:

"Je ne prends expressément aucune disposition dans ce testament ou dans aucun autre document à l'intention de mes enfants David Smet et Laura Smet, auxquels j'ai déjà fait des donations par le passé."

L'artiste n'aurait donc pas entièrement déshérité ses aînés, son premier testament de 2011 précisant d'ailleurs qu'ils devraient "accepter que leur part d'héritage soit diminuée des montants déjà reçus".

Notamment, "l'aide" apportée par Jean-Philippe Smet à sa fille pour acheter de l'immobilier, soit deux fois plus de 400.000 euros, ainsi qu'une rente mensuelle de 5 000 euros. En 2002, le chanteur avait en outre légué à David Hallyday sa part de la maison où il avait vécu avec Sylvie Vartan, soit trois millions d'euros estimés aujourd'hui à dix.

"La vérité des montages juridiques sera bientôt établie par la justice"

"La vérité des montages juridiques et la vérité des chiffres seront bientôt établies par la justice", a affirmé ce vendredi Laura Smet dans un communiqué transmis à l'AFP par ses avocats, Emmanuel Ravanas, Hervé Temime et Pierre-Olivier Sur.

Laura Smet "confirme que son père lui a permis d'acquérir par deux donations un appartement de 106,78 m² situé rue Bonaparte à Paris et que son père lui versait mensuellement de l'argent pour le remboursement du crédit immobilier souscrit", précise le texte. 

Dans son assignation effectivement déposée en début de semaine devant le TGI de Nanterre, la comédienne a "déjà demandé à ce que cette donation soit rapportée à la succession, comme d'ailleurs l'ensemble des donations faites au conjoint et aux enfants".

Le droit français plus favorable aux enfants

L'application du droit français leur permettrait cependant de prétendre à une bien plus grande part de la fortune de leur père, estimée à quelque 100 millions d'euros.

"La grande question juridique, c'est la valeur du testament. (...) Est-ce que le testament est valable? Si on parle de 100 millions, si c'est le droit français qui s'applique, chaque enfant a priori aura droit à 25 millions", estime Stéphane de Lassus, avocat fiscaliste, sur BFMTV.

Si Laeticia Hallyday a respecté sa promesse et gardé publiquement le silence, ces nouveaux éléments viennent rééquilibrer le débat autour de la succession de son époux.

L.A., avec Candice Mahout