BFMTV

Ce que Johnny Hallyday avait légué à David et Laura de son vivant

Laura Smet et David Hallyday - Bertrand Guay

Laura Smet et David Hallyday - Bertrand Guay - AFP

Le rockeur avait couché sur papier sa volonté de ne pas prendre de disposition pour ses deux premiers enfants, à qui il avait déjà fait des donations dans le passé.

De nouveaux documents viennent apporter un éclairage différent à l'affaire du testament de Johnny Hallyday. D'après nos confrères de RTL et du Point, qui ont eu accès à une série de documentas notariés, le rockeur avait écrit, dans un testament daté de juillet 2014 et dressé devant un notaire à Los Angeles: 

"Je ne prends expressément aucune disposition dans ce testament ou dans aucun autre document à l'intention de mes enfants David Smet et Laura Smet, auxquels j'ai déjà fait des donations par le passé".

Le chanteur aurait donc estimé avoir, de son vivant, largement couvert les besoin de ses premiers enfants. Les documents que ce sont procurés nos confrères donnent le détail de ces donations. 

5000 euros par mois à Laura Smet

Laura Smet avait notamment eu droit, en 2003, à une aide de 442.000 euros de la part de son père afin d'acheter un appartement rue du Cherche Midi, puis à 450.000 euros, quatre ans plus tard, pour un autre appartement rue Bonaparte. En parallèle de ces deux aides financières, Johnny Hallyday versait environ 5000 euros par mois à sa fille et ce, depuis 2004. Des virements bancaires pour un total de 800.000 euros à ce jour. 

En ce qui concerne David Hallyday, le rokeur lui avait légué, en 2002, sa part de la Villa Montmorency, demeure où il avait habité avec Sylvie Vartan. Estimée à l'époque à 3 millions d'euros, cette part en vaudrait aujourd'hui 10 millions. 

Un testament qui correspond à la loi en vigueur en Californie

Laura Smet a annoncé lundi que le testament de Johnny Hallyday, mort dans la nuit du 5 décembre dernier des suites d'un cancer, les déshériterait, elle et David, au profit de son épouse Laeticia. Par le biais d'une lettre et d'un communiqué de ses avocats, l'actrice s'est dite décidée à contester ces dernières volontés avec le soutien de son demi-frère, codemandeur dans la procédure. 

Laeticia Hallyday a quant à elle fait part de son "écoeurement de l'irruption médiatique autour de la succession de son époux". Elle s'est dite "sereine", assurant qu'elle "n'aura de cesse de consacrer toute son énergie à faire respecter le travail et la mémoire de son mari."

Johnny Hallyday avait rédigé et signé au moins quatre testaments, dont le dernier est contesté par ses deux premiers enfants. Les dispositions du chanteur, qui était installé à Los Angeles, correspondent à la loi en vigueur en Californie, mais pas au droit français. En France, il est "totalement interdit" d'évincer ses enfants de sa propre succession, comme l'a expliqué le spécialiste de la gestion de fortune Éric Pichet à BFMTV. 

N.B.