BFMTV

Gilets jaunes: mobilisation en demi-teinte pour le septième week-end d'action

La manifestation des gilets jaunes à Nantes a réuni un millier de protestataires, ce samedi 29 décembre.

La manifestation des gilets jaunes à Nantes a réuni un millier de protestataires, ce samedi 29 décembre. - Jean-François Monier - AFP

Malgré une mobilisation en baisse, les gilets jaunes sont présents dans plusieurs grandes villes de France ce samedi. Quelques heurts ont éclaté en marge des manifestations, notamment à Paris et à Rouen.

Le mouvement, qui dure depuis un mois et demi, a largement décru ces dernières semaines: 38.600 manifestants en France le 22 décembre, contre 66.000 une semaine plus tôt et 282.000 pour la première journée de mobilisation le 17 novembre, d'après les chiffres du gouvernement. Les chiffres nationaux n'ont pas encore été donnés pour ce samedi, septième journée de manifestation des gilets jaunes, mais plusieurs centaines, voire milliers, de manifestants étaient réunis partout en France ce samedi après-midi.

Pour une grande partie du mouvement, cette baisse est due aux fêtes avant une possible reprise très forte en janvier. 

900 gilets jaunes à Marseille

Quelque 900 gilets jaunes, selon la police, ont défilé ce samedi depuis l'Arc de Triomphe de Marseille, désirant prouver que leur mouvement ne s'essouffle pas malgré les fêtes. "Macron, démission !", scandaient des groupes de dizaines de "gilets jaunes" descendant de la gare Saint-Charles et rejoignant le rassemblement, porte d'Aix, où des grappes de ballons jaunes avaient été installées. Ils ont ensuite défilé dans différentes rues du centre.

La préfecture de police n'avait pas relevé vers 14h30 d'incident notable, alors que 300 "gilets jaunes" continuaient de stationner sur le Vieux-Port.

2.400 manifestants à Bordeaux

A Bordeaux, un cortège s'est réuni place de la Bourse aux alentours de 13 heures, selon une journaliste de BFMTV sur place. 2.400 manifestants ont été décomptés par la préfecture de police, soit le même nombre que samedi dernier. Le cortège a ensuite pris la direction du centre-ville, où, en milieu d'après-midi, la tension est montée: une barricade a été montée cours Clémenceau et une première poubelle incendiée. Les manifestants ont, pour le moment, été dispersés.

Un important dispositif de CRS a été prévu place de l'Hôtel de ville, car sur leur événement Facebook, il est promis "une surprise pour Juppé".

  • Des manifestants disséminés dans Paris

Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté ce samedi dans le XVème arrondissement de Paris, non loin du ministère des Armées et des studios de BFMTV. 

Plusieurs centaines de gilets jaunes s'étaient rassemblés vers 13h30 près des boulevards des Maréchaux, devant les locaux de BFMTV puis devant ceux de France Télévisions, ainsi que ceux du ministère des Armées. Des heurts ont éclaté dans les rues aux alentours.

Sur les Champs-Elysées, les forces de l'ordre ont repoussé peu avant midi ce samedi une centaine de gilets jaunes qui tentaient de descendre l'avenue. Pour le moment, aucun heurt n'est à signaler. Plusieurs centaines sont toujours présents sur l'avenue, selon notre envoyé spécial sur place.

La porte de la Banque de France incendiée à Rouen

La porte d'enceinte de la Banque de France a été incendiée ce samedi à Rouen (Seine-Maritime) lors d'une manifestation de gilets jaunes qui a réuni environ un millier de personnes sur fond de heurts avec la police, d'après la préfecture.

"Les 'gilets jaunes' ont mis un stock de poubelles près de la porte puis y ont mis le feu", a précisé la même source, soulignant que la porte avait été "endommagée" dans l'incendie, qui a été éteint par les pompiers. La police de Seine-Maritime a, elle, fait état sur son compte Twitter de "jets de projectiles, feux de poubelles, barricades" dans le centre-ville de Rouen.

Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont aussi éclaté à Nantes, où les premiers tirs de grenades lacrymogènes ont fusé dès le départ du cortège. Environ un millier de manifestants étaient recensés par l'AFP dans cette ville.

Des gilets jaunes interpellés sur les routes des stations de ski

Les forces de l'ordre ont procédé à cinq interpellations autour d'Albertville , en Savoie, a indiqué la préfecture du département, qui avait indiqué ne vouloir tolérer aucun blocage des routes menant aux stations de sports d'hiver. Les personnes interpellées l'ont été au péage de Sainte-Hélène-sur-Isère et à un rond-point situé à l'entrée d'Albertville, soit les deux points de rassemblement du jour pour les "gilets jaunes" de Savoie. 

Toujours selon la préfecture, des pneus ont été incendiés sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A43 et des forces de l'ordre ont été caillassées. Les "gilets jaunes" ont par ailleurs tenté de bloquer la RD1212, qui mène à des stations de ski. Malgré les interpellations, des manifestants étaient toujours présents en milieu d'après-midi à proximité du péage de Sainte-Hélène-sur-Isère, sous la surveillance des forces mobiles de la gendarmerie. 

  • Les actions s'étiolent partout en France

En dehors des grandes villes, les actions s'étiolent: quatre échangeurs étaient fermés sur l'A7 et l'A9 et "quelques manifestations" étaient en cours samedi matin, a indiqué Vinci dans un communiqué de presse.

Cette semaine, les forces de l'ordre ont poursuivi les évacuations de rond-point et d'après une source proche, ceux encore occupés font l'objet d'une "présence symbolique", avec 2.500 personnes mobilisées ces derniers jours contre 4.000 la semaine précédente.

Sa. V avec AFP