BFMTV

Gilets jaunes: une mobilisation en baisse, des tensions

A trois jours de Noël, la mobilisation des "gilets jaunes" est en baisse par rapport à la semaine précédente, selon le ministère de l'Intérieur. Près de 40.000 participants sur l'ensemble du territoire, dont 2000 à Paris.

La mobilisation baisse encore, selon le ministère de l'Intérieur. Ce samedi 22 décembre, à trois jours de Noël, la Place Beauvau comptabilisait près de 40.000 personnes mobilisées dans toute la France, dont 2000 à Paris. Des chiffres en baisse par rapport aux samedis précédents. Loin du chiffre de 282.000 manifestants recensés par l'Intérieur lors du samedi 17 novembre.

Sur le plateau de BFMTV, le secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Intérieur, Laurent Nuñez, estimait qu'il n'y avait plus que les "éléments les plus violents" qui étaient mobilisés. Au total 220 manifestants ont été interpellés dans le pays, et 81 placés en garde à vue, indiquait en début de soirée la police.

Parmi les gardés à vue, l'une des figures du mouvement: Eric Drouet. Le chauffeur routier de Melun avait contribué à lancer la mobilisation et avait appelé le matin sur Facebook à se rassembler à Montmartre. 

Des policiers pris à partie

Après une journée plutôt calme, sur les Champs-Elysées, la situation s'est tendue en début de soirée. Des images de violences ont marquées la fin de journée. Trois motards de la police ont été pris à partie par des manifestants qui leur ont notamment jeté des pavés et des trottinettes, au croisement de l'avenue George V et des Champs-Elysées, en fin de journée alors que les forces de l'ordre évacuaient progressivement les Champs.

Sur Twitter, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dénoncé le fait qu'"on lynche" des policiers. "Donc, 'on' lynche des policiers, 'on' chante la quenelle de Dieudonné à Montmartre, 'on' reprend les codes des années 30 pour renverser la République, 'on' décapite l’effigie du président... Derrière ces 'on', un seul visage, lâche, raciste, antisémite, putschiste. Stop.", a-t-il partagé sur le réseau social. 

Des blocages aux frontières

Dans la journée, à Paris, les manifestants se sont retrouvés notamment dans le quartier de Montmartre, alors que des appels à mobilisation évoquait Versailles depuis plusieurs jours. A Toulouse, quelque 2500 "gilets jaunes" ont battu le pavé, et 2600 à Bordeaux.

La mobilisation a aussi été présente aux frontières. Des blocages plus ou moins longs ont été constatés aux frontières avec l'Espagne, l'Italie ou l'Allemagne à plusieurs points, après un appel de la part de certaines figures du mouvement.

Ivan Valerio