BFMTV

Un ancien gendarme nommé proviseur adjoint d'un lycée, les enseignants font grève

Les enseignants du lycée polyvalent Maurice Utrillo de Stains (Seine-Saint-Denis) ont décidé de se mettre en grève "contre l’infiltration d’une force armée" dans leur lycée, après la nomination d'un ancien gendarme au poste de proviseur adjoint.

Reprise des cours tendue ce lundi matin au lycée polyvalent Maurice Utrillo de Stains (Seine-Saint-Denis). Un ancien gendarme, en détachement à l’éducation nationale pour trois ans, vient de prendre ses fonctions de proviseur adjoint au sein du lycée. Une décision prise par le rectorat de Créteil, qui inquiète les élèves de l'établissement. 

"A croire que nous sommes des soldats, des militaires. Non! Nous sommes des élèves, et nous voulons des gens normaux dans le lycée", s'insurge une lycéenne. 

"Ça ne changera pas grand chose"

Cet ancien chef d’escadron de gendarmerie aura des missions classiques, mais également plus spécifiques, comme assurer la sécurité dans le lycée. Sa nomination fait suite aux violences entre bandes rivales qui avaient éclaté dans le secteur en début d’année. Plusieurs élèves et un surveillant avaient été blessés dans ces affrontements. 

Mais pour Mickaël, élève en terminale S, cette nomination n'est pas une réponse adaptée à ces problèmes. 

"Les problèmes qu’il y a eu, les affrontements, se sont déroulés à l’extérieur du lycée. Et rajouter un proviseur adjoint à l’intérieur du lycée ça ne changera pas grand chose puisque les problèmes ne sont pas à l’intérieur du lycée", analyse-t-il.

"En grève contre l’infiltration d’une force armée"

Et l'arrivée de cet ancien gendarme n'inquiète pas seulement les élèves. Le maire PCF de la ville, Azzédine Taïbi, a lui aussi exprimé son mécontentement.

"Les besoins exprimés depuis trop longtemps par les enseignants et les parents d’élèves étaient plutôt des demandes pour renforcer les équipes au sein du lycée. Et là on a une réponse qui est totalement à côté de la plaque", juge-t-il. 

Les enseignants ont pour leur part choisi de se mettre en grève à partir de ce lundi, et pour "tous les autres jours qu’il le faudra", afin de se lever contre cette nomination. Ils justifient leur action dans une tribune publiée sur internet. Ils expliquent être "en grève contre l’infiltration d’une force armée dans [leur] lycée". Le corps enseignant refuse que "l'école publique" ne devienne "l’antichambre du commissariat", résument-ils.

C. P. avec Anne-Sophie Warmont et Elodie Messager