BFMTV

Education: des indemnités "revalorisées" pour les enseignants en zones prioritaires

Les politiques d'éducation prioritaire se sont multipliés depuis 1982 et la création des ZEP.

Les politiques d'éducation prioritaire se sont multipliés depuis 1982 et la création des ZEP. - -

Depuis la création des zones d'éducation prioritaire en 1982, la politique éducatif a connu de multiples dispositifs. Dernière annonce en date: une hausse des indemnités et des créations de postes.

Les indemnités qui sont versées dans l'éducation prioritaire feront l'objet d'une revalorisation, selon le compte-rendu du Conseil des ministres de ce mercredi 15 janvier.

Elles seront "substantiellement revalorisées jusqu'à être doublées dans les situations les plus difficiles", pour encourager la stabilité des équipes dans les établissements de zones d'éducation prioritaire (ZEP).

Les enseignants "des 350 réseaux les plus difficiles" bénéficieront aussi d'un allégement de leur temps de cours, pour de la formation et du travail en équipe. Avoir exercé en ZEP permettra aussi d'être éligible à un nouveau grade en cours de définition.

Plus d'assistants pédagogiques et d'infirmières

Dans les collèges d'éducation prioritaire, des assistants pédagogiques seront recrutés pour encadrer les élèves de 6ème jusqu'à 16h30, lorsqu'ils n'ont pas cours. Le projet prévoit aussi le développement "d'internats de la réussite".

Enfin, la sécurité sera augmentée par "un doublement du nombre d'assistants de prévention et de sécurité dans les collèges". Des postes supplémentaires d'infirmières seront aussi créés.

Vincent Peillon doit préciser ces mesures lors d'une conférence de presse, jeudi 16 janvier, à l'issu du Conseil supérieur sur l'éducation. Les mesures d'éducation prioritaire concernent actuellement 20% des élèves français.

La réforme sera expérimentée dès la rentrée 2014 "sur une centaine de réseaux", avant d'être étendue en 2015. Les politiques d'éducation prioritaire n'ont pas empêché une hausse des inégalités, selon le dernier rapport Pisa.

A.D.