BFMTV

Cour des comptes: "Les enseignants doivent être mieux payés"

Didier Migaud est un ancien membre du Parti socialiste, et préside aujourd'hui la Cour des comptes.

Didier Migaud est un ancien membre du Parti socialiste, et préside aujourd'hui la Cour des comptes. - -

Dans un rapport publié jeudi, la Cour des comptes étrille l’Éducation nationale dans sa gestion des enseignants. Son président, Didier Migaud, s'en explique sur BFMTV.


Manque d'enseignants, pas assez de moyens? "Faux", rétorque mercredi la Cour des comptes, dans un rapport qui étrille l'Education nationale, selon qui la crise du métier d'enseignant et la baisse continue des résultats scolaires incombe "au mode de gestion".

Interrogé sur BFMTV, le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, s'en explique. "Nous constatons que les professeurs expérimentés sont surreprésentés en zone rurale par rapport aux zones d'éducation prioritaire. Or, les besoins des élèves ne sont pas les mêmes partout en France. Nous préconisons donc notamment de mettre en place un nouveau mode d'affectation des enseignants."

Des économies jugées nécessaires

Il insiste également sur la "crise du métier", en lien avec une rémunération "plus faible que d'autres fonctionnaires de même catégorie, ou que des enseignants dans d'autres pays." "Gérer autrement permettrait de faire un certain nombre d'économies substantielles qui permettrait de revaloriser le salaire des enseignants."

Pas question donc pour la Cour des comptes de soutenir une hausse du budget de l'Education nationale, ou encore le recrutement de nouveaux professeurs. "Il ne faut pas seulement raisonner en termes de moyens et d'effectifs, puisque ceux-ci ont été maintenus globalement alors que les résultats scolaires se dégradent, et que le nombre d'élèves a diminué. Il est temps de penser et gérer autrement."


A LIRE AUSSI:

>> Crise de l'école: la Cour des comptes pour une gestion différente des profs

A.G.