BFMTV

Crise de l'école: la Cour des comptes pour une gestion différente des profs

La Cour des comptes préconise une polyvalence des professeurs.

La Cour des comptes préconise une polyvalence des professeurs. - -

Dans un rapport publié ce mercredi, la Cour des comptes préconise non pas de rajouter des postes mais de de gérer autrement les profs, pour remédier à la crise de l'école. Un rapport qui fait tiquer, au ministère de l’Education nationale comme chez les syndicats.

837.000 professeurs en France, soit 50 milliards d’euros. Et un système éducatif toujours plus inégalitaire. Pour la Cour des comptes, la France peut mieux faire.

Mais pour l'institution, qui pointe, dans un rapport publié ce mercredi, de "multiples dysfonctionnements" dans la gestion des enseignants, le manque de moyens et de postes n'a rien à voir avec la crise de l'école.

Pour enrayer la baisse de niveau des élèves français, la Cour des comptes prône donc une "réforme d'ensemble" pour aboutir à une revalorisation du métier de professeur. Et énumère pour cela une série de recommandations autour de "quatre axes".

Quatre axes de recommandations

Ainsi, pour la Cour, il faut avant tout "redéfinir" le métier d'enseignant, car aujourd'hui seules les heures de cours, devant les élèves, figurent dans les "obligations de service".

La Cour recommande également d'"affecter les enseignants en fonction de la réalité des postes et des projets d'établissements" et d'instituer dès la formation initiale la possibilité d'enseigner deux ou plusieurs disciplines au collège. Les professeurs les plus expérimentés se concentrent en effet dans l’ouest et le sud de la France, tandis que les enseignants débutants sont envoyés dans les zones les plus difficiles.

La Cour préconise aussi de "mieux valoriser" les enseignants. Selon l'Insee, sur les traitements perçus en 2009, "la rémunération nette annuelle des enseignants est inférieure de 35% à celle d'un cadre non enseignant de la fonction publique". Selon la Cour des comptes, il y a trop peu d’écart de salaires, au détriment des meilleurs professeurs.

Enfin, les Sages de la rue Cambon suggèrent, dans les académies, la mise en place d'une "gestion de proximité des ressources humaines, communes au premier et au second degré".

Une polyvalence des professeurs?

La Cour des comptes préconise donc de faire des économies, en généralisant la bivalence voire la polyvalence des professeurs. Un enseignant pourrait ainsi enseigner trois disciplines au lieu d’une.

Si l'idée semble simple sur le papier, elle est néanmoins difficile à mettre en place, de nombreux professeurs étant très attachés à leur discipline.

Interrogé, le ministère de l’Education nationale estime notamment que "la Cour des comptes ne peut ignorer la réalité constatée par tous les parents de France d'une dégradation des moyens donnés ces dix dernières années à l'école".

|||sondage|||818