BFMTV

Bac 2018: un dispositif antifraude pour chasser les téléphones portables

Candidats au bac. (Illustration)

Candidats au bac. (Illustration) - Frans Peeters - flickr

La fraude par consultation de documents ou contenus en ligne sur un téléphone portable fait l'objet de toutes les attentions du ministère de l'Education nationale cette année.

Candidat au bac, si nous ne voulez pas être soupçonné de fraude, il y a des règles à respecter et que vous êtes censé connaître. "Tous les candidats sont informés des consignes à respecter et des sanctions encourues en cas de fraude ou de tentative de fraude, grâce à une notice d'information affichée à la porte de chaque salle d'examen et lue par les surveillants au début de chaque épreuve", précise le ministère. Cette année la surveillance portera tout particulièrement sur les appareils électroniques dont au premier chef, les smartphones. Ces appareils sont impliqués dans des soupçons de tricherie pour près d'un cas sur deux.

"Tous les appareils non autorisés doivent être impérativement éteints, puis rangés dans le sac du candidat. Les surveillants de salle doivent veiller à ce que les candidats ne puissent y avoir accès pendant la durée de l'épreuve", est-il encore précisé.

Repérer toute tentative d'accroche au réseau mobile

Des détecteurs de portables, répartis de façon aléatoire, sont installés depuis quatre ans dans des salles d'examen.

"Ce sont des petits boîtiers qui permettent effectivement de repérer des portables qui seraient en train de chercher un réseau. On a évidemment pas le droit d'avoir sur soi le jour des épreuves son téléphone portable ou tout objet connecté", précise sur RTL Frédéric Muller, directeur interacadémique du service des examens.

L'année dernière, "306 cas de fraude" étaient liés à l'utilisation de ces appareils, "en hausse de 18%". "Cela représente environ 50% de la fraude", continue Frédéric Muller. L'année dernière 556 cas de tricherie ont été sanctionnés sur 975 suspicions, précise le ministère. Cinq de ces décisions ont fait l'objet d'un recours administratif.

Une fraude au bac et à un examen en général peut entraîner une interdiction de passer des examens pendant cinq ans au maximum. Des sanctions pénales sont aussi possibles, jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 9.000 euros d'amende.

D. N.