BFMTV

Des gilets jaunes "modérés", dont Jacline Mouraud, invités à Matignon

En fin de journée dimanche, Édouard Philippe a répondu à une tribune publiée dans le JDD par certains gilets jaunes, en leur proposant une invitation à Matignon.

Certains membres "modérés" des gilets jaunes ont publié une tribune dans le Journal du Dimanche dans laquelle ils demandaient un rendez-vous à Edouard Philippe. Leur souhait devrait s'exaucer, puisque le Premier ministre leur propose une réunion à Matignon.

Edouard Philippe "invite à Matignon le collectif des gilets jaunes qui a exprimé sa volonté de nouer le dialogue avec le gouvernement", a appris BFMTV, en fin d'après-midi dimanche.

"Nous condamnons toutes les formes de violence"

A l'origine du texte publié ce matin, les premières figures médiatiques du mouvement des gilets jaunes, qui ne font pas partie des porte-parole nommés cette semaine: Jacline Mouraud, porte-parole des "gilets jaunes libres" en Bretagne, mais aussi Benjamin Cauchy, des gilets jaunes d'Occitanie, Cédric Guémy, engagé en Île-de-France, et Christophe Chalençon, de la région Paca. Aux côtés d'autres signataires, ils proposaient ce qu'ils appellent une "porte de sortie à la crise" au gouvernement, après trois semaines d'action.

"Les gilets jaunes sont des millions, nul n'a le monopole de leur expression ni de leur représentation", rappellent les auteurs de cet appel, qui se veulent être "les porte-parole d'une colère constructive".

"Soucieux du respect des institutions et du dialogue social, nous condamnons toutes les formes de violence. (...) Citoyens engagés et libres, nous participons depuis le début du mouvement à promouvoir des revendications sérieuses. Nous le faisons dans le respect des institutions de la Ve République, de l'ordre public, des biens et des personnes", écrivent-il encore, alors que le chaos s'est emparé des rues de Paris samedi, en marge de l'Acte 3 de la mobilisation.

Appel aux Français et main tendue au gouvernement

Ces gilets jaunes modérés ont lancé un appel aux Français qui souhaiteraient les rejoindre pour participer au mouvement. "Loin de toute radicalisation et, en accord avec les 80% de Français qui nous soutiennent, construisons un projet viable et crédible, dans l'intérêt de tous", poursuivent-ils. 

Les signataires lancent également un appel au gouvernement, à qui ils disent "tendre la main, dans l'espoir qu'il entende nos demandes, qu'il accepte de modifier des décisions fiscales et qu'il permette enfin à l'ensemble des citoyens d'être les acteurs de la politique menée dans notre pays". "La démocratie appartient au peuple", ajoutent-ils, avant de préciser leurs revendications face aux incompréhensions.

"Nous demandons l'ouverture d'états généraux de la fiscalité; d'une conférence sociale nationale; d'assises 'territoires et mobilité' qui prendront la forme de débats régionaux; l'organisation de référendums réguliers sur les grandes orientations sociales et sociétales du pays; l'adoption du scrutin proportionnel pour les élections législatives, afin que la population soit mieux représentée au Parlement", listent ces gilets jaunes "modérés".

"Nous estimons que le gouvernement ne doit pas répondre à la colère par l'orgueil d'une politique sans issue", estiment ces gilets jaunes, qui assurent vouloir qu'un "accord rapide" soit trouvé à cette crise.

Adrienne Sigel