BFMTV

Attentats de Paris: la délicate reprise du travail pour les commerçants du Stade de France

Après avoir subi une forte baisse de fréquentation à la suite des attentats de novembre dernier, les commerçants aux abords du Stade de France espèrent recevoir de nouveau des clients, ce samedi, alors que le complexe sportif accueille de nouveau du public pour le match de rugby qui opposera la France à l'Italie. Une première depuis le 13 novembre.

Vendredi 13 novembre, un soir ordinaire au Stade de France. Les spectateurs assistent au match France-Allemagne quand des détonations se font entendre. Trois kamikazes se sont fait exploser successivement aux abords du stade. Une victime est morte, d'autres ont été blessées. Mais depuis ce soir-là, les portes du stade sont restées closes.

Elles rouvriront enfin ce samedi, à l'occasion du premier match du Tournoi des VI Nations entre la France et l'Italie, le tout sous haute sécurité

Le stade fermé, les commerces somnolent

Cela fait près de trois mois que les commerces autour du complexe sportif semblent eux aussi assoupis, n'accueillant plus grand monde depuis la fermeture du stade. Dans l'un des restaurants voisins, certains employés traumatisés n'ont pas pu reprendre le service après la nuit sanglante du 13 novembre. Malgré tout, Karim, le directeur de l'établissement, espère le retour des clients avec la reprise des événements au Stade de France. 

"C'est un peu compliqué psychologiquement. On va essayer de se surpasser, de continuer à faire ce qu'on a à faire, mais ça fait toujours plaisir que ça reparte qu'on se remette à bosser. On sort quand même d'une période assez dure au niveau de la fréquentation…", raconte-t-il, un peu nerveux. 

Des affaires très impactées

Dans un autre restaurant jouxtant le stade, Romain, a du mal à s'extraire le souvenir de l'un des kamikazes qui s'est fait exploser juste devant son lieu de travail, brisant la vitre sans faire plus de dégâts. Ce soir-là, il était de service.

"Je pense que quand il va commencer à y avoir un peu de monde dans le restaurant et à l'extérieur et qu'il va falloir que j'ouvre la porte pour aller dehors, je vais y repenser", confie-t-il, le regard inquiet. Ce grand roux à barbe et chemise noire, est le responsable de cet établissement et espère, malgré ses inquiétudes, que le retour du public au Stade de France fera repartir les affaires très impactées après les attentats.

"On se prépare à avoir du monde, en espérant qu'il y en ait et que le rendez-vous soit là. Aux dernières nouvelles le taux de remplissage du stade n'est pas au top donc ça s'annonce plutôt calme malheureusement", explique-t-il, un brin pessimiste.

M.-C M. avec Nicolas Béhar et Julie Guillot