BFMTV

CARTE. Covid-19: Omicron est désormais majoritaire partout en France, mais le variant Delta résiste

Selon les dernières données de Santé publique France, début janvier, Omicron était sans doute à l'origine de 4 cas confirmés sur 5 dans l'Hexagone. Le variant est particulièrement présent dans le Nord-Ouest.

Un mois de janvier sous le signe d'Omicron. Alors que 200.000 contaminations au Covid-19 sont recensées quotidennement, le variant est plus que jamais majoritaire en France, selon les dernières données de Santé publique France, publiées ce jeudi soir. Entre le 28 décembre et le 3 janvier, 79% des nouveaux cas détectés étaient probablement liés à Omicron.

Comme le montre notre carte ci-dessous, le variant est particulièrement prédominant dans le Nord-Ouest, où il est sans doute à l'origine de plus de 4 cas confirmés sur 5. À l'inverse, le variant Delta - qui conduit pour l'heure à davantage de formes graves - résiste davantage dans le Sud-Est, et notamment en région Sud-Paca, où les hôpitaux sont confrontés à un afflux de malades.

La variant Delta reste malgré tout présent

Ces chiffres sont des estimations, qui s'appuient sur les résultats des tests de criblage actuellement menés en France. Pour en savoir plus sur la circulation du virus dans l'Hexagone, les autorités sanitaires réalisent en effet ces tests complémentaires sur certains des tests PCR positifs, afin de détecter la présence de mutations du virus.

Les modalités de ces tests ont été adaptées depuis le 20 décembre, afin de "suspecter le variant Omicron de manière plus précise" en recherchant certaines de ses caractéristiques. Si sa progression fulgurante se confirme dans les dernières données nationales, visibles sur l'infographie ci-dessosu, une partie des cas ne correspondent pas à Omicron et sont encore très probablement des cas liés au variant Delta, qui est était majoritaire jusqu'ici.

"La vague Delta n'est pas du tout terminée, contrairement à ce qu'ont prétendu certaines personnes", a insisté l'épidémiologiste Dominique Costagliola, directrice de recherches émérite à l'Inserm, sur BFMTV ce jeudi. Si le variant est proportionnellement moins présent, il provoque toujours plusieurs dizaines de milliers de cas quotidiens, un nombre plutôt stables depuis la fin novembre.

Théophile Magoria