BFM Pratique

Quels placements faire avant 50 ans ?

-

- - -

Il est conseillé d’épargner et d’investir tôt pour assurer des revenus complémentaires aux jeunes retraités. S’il est pertinent de miser sur des investissements sécurisés lorsqu’on est jeune, il est conseillé de diversifier ses placements passé la cinquantaine d’années. Voici les placements que vous pouvez faire avant 50 ans.

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFMTV.com

Si vous avez tardé avant de placer vos économies, vous avez toujours la possibilité d’ouvrir des comptes épargne comme le livret A ou le LDD. Ces 2 types d’investissements vont vous permettre de vous constituer une épargne de précaution. C’est-à-dire une somme d’argent qui vous servira pour tout changement dans votre vie, sans avoir à toucher à vos revenus. Plafonnés respectivement à 22 950 et 12 000 €, le livret A et le LDD sont exonérés d’impôts et bénéficient d’une rémunération annuelle de 0,75 %. Vous l’aurez compris, ils ne brillent pas par leur performance mais ils vous permettent d’avoir à disposition des liquidités. En prévoyant des versements mensuels, vous avez la possibilité d’augmenter progressivement votre capital. Et lorsque le plafond est atteint, les intérêts continuent d’être calculés chaque année.

Avec les nombreuses modifications du système de retraite et les différentes réformes en cours, il est vivement conseillé de préparer votre avenir en anticipant la chute des revenus qui touche immanquablement les retraités. Pour cela, il existe diverses solutions.

Souscrire à une assurance-vie

L’assurance-vie est le produit le plus sollicité pour épargner pour la retraite. À envisager sur du long terme en vue d’un capital plus important, l’assurance-vie dispose d’un rendement plus intéressant que d’autres produits d’épargne. En 2017, la rémunération moyenne d’une assurance vie était de 1,50 %. Tout comme le livret A et le LDD, les fonds sont immédiatement disponibles, mais l’intérêt étant de les bloquer jusqu’à l’âge de la retraite. Notez que si les fonds sont retirés dans les 8 ans suivant l’ouverture de l’assurance-vie, seuls les intérêts seront imposables.

Épargner grâce à votre entreprise 

Si vous êtes salarié, votre entreprise propose peut-être des plans d’épargne tels que le PEE ou le PERCO. Le plan d’épargne entreprise a pour objectif de se créer un portefeuille de valeurs mobilières avec des placements en actions, en SICAV ou en fonds communs de placement d’entreprise. Le plan d’épargne pour la retraite collective, quant à lui, permet d’épargner directement pour sa retraite. Il est ensuite versé sous forme de rente ou de capital. Dans les 2 cas, les sommes sont bloquées : 5 ans pour le PEE et jusqu’au départ à la retraite pour le PERCO. En plus des versements que vous effectuerez, votre entreprise peut vous verser une contribution appelée abondement. Au niveau fiscal, l’abondement est exonéré d’impôts et les versements ne sont pas déductibles du revenu imposable.

Le PERP, un produit d’épargne à long terme

Le plan d’épargne retraite populaire est un produit d’épargne vous permettant d’obtenir un revenu supplémentaire lorsque vous serez à la retraite. Vous recevrez soit une rente viagère soit directement le capital. Vous pouvez souscrire un PERP auprès de votre banque, de votre assurance ou de votre mutuelle. Les versements sont libres et imposables.

Investir avec le contrat d’épargne Madelin pour les travailleurs non-salariés

Si vous êtes travailleur indépendant, le dispositif Madelin est un produit spécifiquement adapté à votre situation professionnelle. Il permet d’épargner pour la retraite tout en bénéficiant de garanties complémentaires : un contrat de prévoyance, une mutuelle santé et une garantie chômage. Les cotisations versées sont déductibles du revenu imposable et l’épargne est versée en rente viagère.

Investir en bourse est également un bon moyen de placer son argent et de diversifier son patrimoine avant 50 ans. Le mieux est de le faire au travers d’un PEA - Plan d’Épargne en Action - que l’on peut ouvrir auprès de n’importe quel établissement financier. Ces investissements de long terme sont parfaitement adaptés pour préparer son avenir financier, ils permettent de souscrire à des obligations ou de détenir des actions auprès d’entreprises cotées. Le PEA n’exige aucun dépôt minimum lors de son ouverture et les versements sont libres. Les fonds sont bloqués pendant 5 ans tout en étant exonérés d’impôt. Vous pouvez néanmoins retirer les fonds avant mais ils seront imposables à hauteur de 19 ou 22,5 %. Et si vous débloquez vos fonds avant 8 ans, le compte se clôturera automatiquement. Avec un PEA, vous pouvez investir jusqu’à 150 000 €.

Si vous êtes depuis longtemps dans la vie active et que vos revenus sont stables, vous pouvez envisager d’acheter un bien immobilier afin de réaliser un investissement locatif. C’est un bon moyen pour se constituer un patrimoine. Et à l’heure de la retraite, vous pourrez soit continuer à le louer et obtenir ainsi des revenus complémentaires, soit le vendre avec une plus-value, soit le conserver pour y habiter ou le transmettre à vos enfants. De plus, grâce aux divers dispositifs de défiscalisation existants, vous bénéficierez d’une réduction d’impôts, souvent non négligeable. 

Selon le type de logement que vous allez acquérir, il existe différents dispositifs de défiscalisation :

La loi Pinel pour les logements neufs. La réduction d’impôts varie selon la durée de la location : 12 % pour 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour 12 ans. L’investissement ne soit pas dépasser 300 000 €
La loi Malraux pour la réhabilitation ou la rénovation de logements anciens ayant un intérêt architectural et historique. Selon où se situe le bien immobilier, la réduction d’impôts est de 30 ou 22 %. Vous devez également vous engager à louer pendant au moins 9 ans. Le montant des travaux ne doit pas excéder 400 000 € sur 4 ans consécutifs
La loi Censi-Bouvard pour une résidence de services (étudiants, séniors, EPHAD). Le montant de la réduction d’impôt est de 11 % sur une période de 9 ans et vous pouvez récupérer la TVA de 20 %

Autre solution : investir dans une SCPI, une société civile de placement immobilier. Une SCPI achète des biens immobiliers dont vous pouvez devenir partiellement propriétaire. Votre nombre de parts dans la société va déterminer votre quote-part et donc le montant des loyers que vous allez percevoir. Et puis le capital de départ est moindre puisqu’il y a plusieurs investisseurs qui achètent le même bien immobilier. En 2017, le rendement moyen en SCPI était de 4,43 %. Et avantage non négligeable : vous n’avez rien à gérer.

Les divers choix de placements possibles avant l’âge de 50 ans vont vous permettre de préparer votre avenir. Mais avant de vous lancer, établissez vos objectifs pour placer efficacement votre argent. Et comme dans tout investissement, n’oubliez pas de diversifier vos placements afin de maximiser votre rendement.
BFM Pratique Finances Perso