BFMTV

Tiphaine Auzière, fille de Brigitte Macron, dément la rumeur selon laquelle elle serait avocate de la CFDT

Tiphaine Auzière, lors de la campagne d'Emmanuel Macron

Tiphaine Auzière, lors de la campagne d'Emmanuel Macron - FRANCOIS LO PRESTI / AFP

La juriste n'a jamais travaillé pour le syndicat mais avait effectué un stage dans l'une de ses structures au cours de ses études.

C'est une allégation qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux au cours du week-end, après l'annonce par Édouard Philippe du retrait provisoire de l'âge pivot dans le projet de réforme des retraites.

À en croire plusieurs tweets, taxant Tiphaine Auzière d'être en situation de conflit d'intérêts, la fille de Brigitte Macron serait "défenseur syndical à la CFDT", syndicat en première ligne dans ladite réforme. À l'appui de plusieurs publications, une capture d'écran de la fiche consacrée à l'intéressée sur le site grands-avocats.com. L'assertion est pourtant fausse.

Si Tiphaine Auzière exerce bel et bien en tant qu'avocate, elle ne travaille pas pour le compte du syndicat réformiste mais pour sa "propre structure". Et défenseurs syndicaux et avocats sont deux activités distinctes.

"Les défenseurs syndicaux sont en fait des salariés qui représentent d'autres salariés (ou l'employeur) aux prud'hommes", écrit Checknews, le service de vérification de Libération

Un stage à la CFDT pendant ses études

Cette même publication indique que Tiphaine Auzière est passée par la CFDT, mais que cette expérience date de ses études d'avocate.

"Dans le cadre de nos études, on doit faire un stage en dehors d'un cabinet d'avocat, pour un projet pédagogique individuel. J'ai passé un peu plus de six mois au Betor-Pub CFDT à assister les adhérents", a déclaré la fille de Brigitte Macron à Checknews.

Une affirmation dont Tiphaine Auzière a réitéré la teneur auprès de nos confrères de 20 Minutes, répétant n'être "en aucune manière avocate à la CFDT".

Tiphaine Auzière, dont le cabinet d'avocat est établi dans le Pas-de-Calais, s'était investie pendant la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron et avait été suppléante du candidat En Marche aux législatives dans le Pas-de-Calais Thibaut Guilluy. Au cœur de la crise des gilets jaunes, elle avait également animé en février 2019 une soirée dans son département, dans le cadre du grand débat national.

dossier :

Brigitte Macron

Clarisse Martin