BFMTV

Sondage: les électeurs de Mélenchon se reportent de plus en plus sur Macron

Yves-Marie Cann, directeur des études politiques d'Elabe, détaille les résultats du dernier sondage de l'institut pour BFMTV et L'Express publié ce vendredi.

Dans notre dernier sondage Elabe en partenariat avec L'Express, le leader d'En Marche! gagne trois points et franchit la barre des 60% après un débat, certes chaotique, mais au cours duquel il a été jugé le plus convaincant. Si la victoire se dessine pour l'ancien ministre, elle est toutefois loin d'être un plébiscite. 

Comment s'explique la hausse d'Emmanuel Macron dans votre dernier sondage?

"Ce qui explique cette hausse c’est sans doute l’effet débat, puisque ce sondage a été réalisé ce jeudi. Alors qu’Emmanuel Macron avait connu une première semaine d’entre-deux-tours difficile, il était crédité de 59% des intentions de vote. Il progresse de trois points avec 62% aujourd’hui. Lorsque l’on regarde dans le détail d’où vient cette hausse, on s’aperçoit que cela vient de meilleurs reports de la part des électeurs de Jean-Luc Mélenchon. On en a beaucoup parlé ces derniers jours. 54% de ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon expriment une intention de vote en faveur d’Emmanuel Macron. C’est dix points de plus qu’il y a quelques jours."

Le vote pour Macron, est-il un vote d'adhésion?

"Si le front républicain a du plomb dans l’aile, il n’empêche que la motivation de faire barrage au Front national reste très forte. 53% des électeurs d'Emmanuel Macron voteront pour lui par opposition à Marine Le Pen (alors qu'elle recueille 67% d'adhésion). Ce chiffre-là, pour Emmanuel Macron, est un chiffre qui engage. S’il est élu président de la République dimanche soir, il devra aussi en tenir compte. Ce ne sera pas une majorité d’adhésion à son projet."

La participation risque-t-elle d'en pâtir? 

"Aujourd’hui on a 68% des électeurs interrogés qui se déclarent tout à fait certains d’aller voter. Lorsque l’on compare ce résultat à celui mesuré à deux jours du premier tour, on s’aperçoit qu’il est en baisse de 3 points, donc il y a une légère démobilisation. Si l’on extrapole, on s’oriente plutôt vers un 74-75% de participation. Ça peut même être un peu plus bas, parce qu’il reste beaucoup d’indécis parmi ceux qui ont l’intention d’aller voter. Parmi les 19% de personnes interrogées qui n’expriment aucune intention de vote, beaucoup peuvent choisir le vote blanc ou nul, mais cela peut aussi se traduire finalement par de l’abstention."
Louis Nadau