BFMTV

Sondage BFMTV: 72% des Français soutiennent toujours les gilets jaunes

Des gilets jaunes lundi à Frontignan.

Des gilets jaunes lundi à Frontignan. - PASCAL GUYOT / AFP

Le soutien aux gilets jaunes reste très élevé ce mercredi dans l'opinion, comme le montre le dernier sondage "L'opinion en direct" de l'institut Elabe, publié ce mercredi après-midi et réalisé après les annonces d'Edouard Philippe mardi. Si 82% des sondés condamnent les violences à Paris le 1er décembre, ils sont 37% à les comprendre.

Visiblement, la suspension de plusieurs mesures fiscales, à commencer par celles liées au prix du carburant, ne suffit pas. Les gilets jaunes, qui n'entendent pas lâcher la partie, jouissent toujours d'un très large soutien populaire.

Selon notre dernier sondage "L'opinion en direct", réalisé par l'institut Elabe intégralement après les annonces du Premier ministre mardi et diffusé ce mercredi, les Français sont encore 72%, en recul de trois points par rapport au score de la semaine précédente, à approuver la mobilisation.

Plus précisément, ils sont 46% à dire leur "soutien" et 26% à aller jusqu'à exprimer leur "sympathie". On note par ailleurs 21% de détracteurs du phénomène et 6% d'indifférents. 

76% des ruraux approuvent 

Des ruraux aux citadins, des plus modestes aux cadres plus aisés, le satisfecit accordé aux gilets jaunes est majoritaire, mais il varie tout de même en fonction de ces milieux sociaux, géographiques et politiques. C'est parmi les classes moyennes et populaires que le mouvement connaît l'érosion la plus forte, mais c'est aussi là que l'enthousiasme reste le plus large. Ainsi, malgré une chute de six points auprès des premières et de quatre points auprès des secondes, il continue à susciter le soutien de 69% des individus relevant des classes moyennes et de 79% des personnes issues des classes populaires. 56% des cadres s'alignent sur cette position, une donnée stable les concernant. 

Le soutien aux gilets jaunes demeure aussi stable que puissant parmi les habitants des petites et moyennes agglomérations, les manifestants y trouvant respectivement 78% et 80% de partisans. La décrue qu'on observe parmi les ruraux ne fait finalement que rapprocher leur taux de soutien de celui qu'on note ailleurs sur le territoire: désormais, 76% des habitants des communes rurales, en recul de sept points, s'accordent sur le bien-fondé de la protestation. Les grandes agglomérations, avec 69% de soutien, en diminution d'un point, l'agglomération parisienne, avec 64% d'approbation après un glissement de quatre points, sont les plus frileuses mais sont toujours au diapason du sentiment national. 

52% des électeurs de Macron favorables aux gilets jaunes 

Socialement, ce sont les Français connaissant une situation financière tendue qui sont les plus chauds supporteurs des gilets jaunes, avec un taux de 81%, après un amoindrissement de trois points. Les plus aisés sont plus partagés bien que toujours largement sympathisants de la dynamique en cours avec 63% de soutiens, malgré une perte de quatre points de la tendance. 

Enfin, le spectre politique a aussi rendu son verdict: à nouveau, ce sont les électeurs de Marine Le Pen, avec 87%, et de Jean-Luc Mélenchon, avec 83%, qui sont les plus liés au mouvement. Les abstentionnistes arrivent en troisième position, nantis d'un score de 78%, suivis des partisans de François Fillon, avec 64%. Cette semaine encore, Emmanuel Macron n'est pas prophète en son pays: 52% de son électorat se mettent du côté des gilets jaunes. 

20% de Français gilets jaunes 

Les Français, non seulement approuvent le mouvement des gilets jaunes tel qu'il est, mais souhaitent pour une grande majorité d'entre eux qu'il se poursuive, bien qu'on enregistre une baisse de six points dans ce domaine. 63% de nos concitoyens veulent en tout cas que le mouvement continue. Cette opinion domine aisément dans les classes populaires, avec 75% de répondants en ce sens, et à niveau similaire, 74%, parmi les personnes les plus vulnérables financièrement.

Ce recul relatif s'explique tout d'abord par la plus grande tiédeur des individus mieux lotis financièrement, avec un score de 52% en baisse de cinq points, et des cadres, où la tendance est minoritaire, jaugée à 43%. Surtout, c'est l'électorat de droite qui commence à diverger du reste des Français sur ce point. Ils ne sont plus que 38% à avoir voté François Fillon au premier tour de la dernière présidentielle à estimer qu'il faut encore se mobiliser, soit une baisse nette de 24 points. Les électeurs d'Emmanuel Macron souhaitent pour 35% d'entre eux que les manifestations perdurent, en recul de sept points tout de même. 

Comme la semaine dernière, 20% des Français déclarent être eux-mêmes des gilets jaunes. On en dénombre notamment 28% parmi les gens ayant un diplôme inférieur au bac, 26% parmi les personnes confrontées à une situation financière tendue, 25% parmi les habitants des zones rurales et les agglomérations moyennes, 23% parmi les catégories populaires. 25% des personnes âgées de 18 à 24 ans, soit en bond de onze points, revendiquent aussi d'être associés à l'accessoire. Un regard jeté sur les électorats politiques nous informe que 36% (en chute de six points) des électeurs de Marine Le Pen, et 28% (en progression de huit points) de ceux de Jean-Luc Mélenchon affirment être gilets jaunes. 

L'exécutif désavoué, les violences condamnées mais comprises par 37% des Français 

Comment expliquer alors que la colère des Français soit toujours aussi nourrie? C'est simple: on juge que l'exécutif ne répond pas aux attentes levées par les protestataires. 78% des sondés assurent ainsi que les décisions du gouvernement ne sont pas la solution au problème, contre seulement 22% à penser l'inverse. Et l'initiative phare du gouvernement, en l'occurrence la suspension pour six mois de la hausse des taxes sur les carburants, génère un nombre élevé de sceptiques: 68% des Français posent qu'elle n'est pas efficace. La suspension de l’augmentation des tarifs du gaz et de l’électricité cet hiver? 54% des gens ne la trouvent pas efficace non plus. Enfin, ils sont 75% à tourner le dos à la suspension de 6 mois des nouvelles modalités du contrôle technique. 

Il restait aux sondeurs un dernier chapitre à explorer. L'institut Elabe a voulu évaluer la position des Français vis-à-vis des violences qui ont émaillé la manifestation parisienne samedi dernier. Il en ressort que si 82% d'entre eux condamnent ces débordements, ils sont aussi 37% à les comprendre. 

Echantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération. Interrogation par Internet les 4 et 5 novembre 2018. 

Robin Verner