BFM Business

Gilets jaunes: les groupes les plus actifs sur Facebook

Le réseau social grouille désormais de centaines de groupes dans lesquels les Gilets jaunes expriment leur colère et organisent leurs rassemblements. Les plus populaires ont une activité foisonnante.

Vivier numérique des gilets jaunes, Facebook devient progressivement un outil au service du mouvement. Le réseau fourmille de groupes disparates, publics ou privés, pour prévoir les prochaines mobilisations, échanger sur les annonces du gouvernement ou partager son "ras-le-bol". 

Depuis la pétition change.org de Priscillia Ludosky (qui recueille désormais 1,1 million de signatures), première pierre de ce soulèvement national, ont suivi une myriade d'événements, de groupes et de vidéos virales, bien souvent filmées en mode selfie. Eric Drouet, qui prend régulièrement la parole au nom du mouvement, est passé maître en la matière. Avec Priscillia Ludosky, ils sont tous deux devenus en quelques jours des figures de proue des gilets jaunes et sont aux manettes du groupe "La France en colère !!!", qui compte près de 280.000 membres. 

Un trio de tête

Suivre ces groupes de mobilisation peut s'avérer complexe. Bon nombre d'entre eux disparaissent au bout de quelques heures ou connaissent une ascension fulgurante en privé. L'outil de suivi des réseaux sociaux Crowdtangle permet néanmoins de se faire une idée des groupes les plus influents, du nombre de leurs interactions et des informations qui y sont le plus partagées. BFM Tech a pu scruter l'activité de 148 des groupes les plus populaires, sur lesquels s'articule le mouvement.

Trois principaux groupes Facebook émergent et ont trusté le podium des groupes ayant suscité le plus d'interactions tout au long de cette matinée du 5 décembre. Celui d'Eric Drouet et de Priscillia Ludovsky ("La France en colère !!!") en fait partie et alterne entre la deuxième et la troisième place. Le groupe est au coude à coude avec 💥Gilet Jaune💥 (138.000 membres), qui n'a pas à ce jour d'administrateur connu. Mais c'est un autre groupe, Gilet jaune (143.000 membres), qui revient souvent en première position.

Trois groupes Facebook représentent la majorité des interactions ce 5 décembre.
Trois groupes Facebook représentent la majorité des interactions ce 5 décembre. © Crowdtangle

Beaucoup plus modéré en nombre d'interactions, le groupe "Compteur de gilets jaunes" est parmi les plus importants en nombre de membres, sinon le plus important. A ce jour, il en compte près de 2,7 millions. A titre de comparaison, en France, Facebook revendique 35 millions d'utilisateurs actifs.

Au sein de ces différents groupes s'enchaînent sans discontinuer les publications, commentaires sur l'action du gouvernement (qualifiée de "poudre aux yeux", de "foutage de gueule" ou encore "d'enfumage"), les sondages sur une éventuelle dissolution de l'Assemblée nationale et les Facebook lives. Le contenu de ces derniers, au ton plus calme, tranche bien souvent avec la violence des messages écrits.

Des publications par milliers

Crowdtangle permet également d'observer à la loupe le nombre global de publications dans les groupes étudiés, en fonction de leur nature. La fréquence de publication de ces messages, photos et vidéos a connu une explosion fulgurante. Un cap est visible le 24 novembre, date du second rassemblement des gilets jaunes. 30.500 publications ont alors été enregistrées, contre 9.900 le 17 novembre (acte 1) et 52.500 le 1er décembre (acte 3).

Le nombre de publications sur les 148 groupes étudiés.
Le nombre de publications sur les 148 groupes étudiés. © Crowdtangle

Dans un contexte de défiance généralisée à l’égard des institutions et des médias, ces publications constituent une source d'information importante pour certains gilets jaunes. Toutes ne sont pourtant pas fiables et bon nombre d'entre elles misent sur l'émotion pour être davantage partagées. Comme ces vidéos montrant des "policiers casseurs" lors des manifestations du 1er décembre (une intox décryptée par Le Parisien ici), ou de CRS frappant des enfants ce même jour (un contenu qui datait en réalité de 2015, comme l'a relevé AFP Factuel). Aux côtés des groupes publics que BFM Tech a pu observer, cohabitent des groupes privés, dont l'activité ne peut être observée par Crowdtangle et qui viennent donner encore davantage d'ampleur à la diffusion de l'ensemble des informations.

Le nouvel algorithme de Facebook, introduit en début d’année et qui privilégie les publications de ses proches en enfouissant un peu plus celles des médias traditionnels dans le fil d’actualité, est bien souvent mentionné en tant que catalyseur du mouvement.

A cela s'ajoute une particularité de Facebook moins souvent évoquée: la priorité donnée par Mark Zuckerberg aux groupes, depuis juin 2017, comme le soulignait à l'époque Forbes. A l'issue d'une tournée dans l'Amérique profonde, le patron de Facebook y avait vu un moyen de recréer un lien fort entre communautés locales ou partageant des centres d'intérêt similaires. Une utilisation qu'illustre parfaitement le mouvement des gilets jaunes.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech