BFMTV

Sondage BFMTV: 1 Français sur 2 ne voit rien de positif chez Emmanuel Macron

Emmanuel Macron rencontrant des maires à Valence.

Emmanuel Macron rencontrant des maires à Valence. - Emmanuel Foudrot - pool - AFP

Le jugement des Français à l'égard d'Emmanuel Macron, enlisé dans la crise des gilets jaunes dont il tente de sortir par un débat national, est sévère comme le montre le sondage "L'opinion en direct" pour BFMTV que nous diffusons ce mercredi. Toutefois, ils sont plus nombreux qu'il y a dix semaines à lui reconnaître du "courage" et du "dynamisme".

Un quinquennat n'est pas un entretien de personnalité et c'est heureux pour Emmanuel Macron car la sienne est jugée sans indulgence par les Français. En effet, selon notre sondage "L'Opinion en direct" que nous diffusons ce mercredi, 48% des Français ne trouvent rien de positif chez Emmanuel Macron.

Alors que le chef de l'Etat parcourt en ce moment la France pour rencontrer des maires et répondre à la crise ouverte par les gilets jaunes, l'institut Elabe, auteur de cette enquête d'opinion, a notamment soumis une liste de neuf qualités, parfois citées à propos du président de la République dans le débat public, aux sondés. A charge pour ces derniers de les associer ou non à Emmanuel Macron. 

Trous d'air

Les qualités qui lui sont ainsi le plus couramment attribuées sont la "volonté de réformer", qui recueille un score de 28% auprès des personnes interrogées, et la "détermination", avec 21%. Mais ces deux traits connaissent tout de même un redoutable trou d'air: le premier perd sept points, le second onze par rapport à une précédente mesure comparable, prélevée en avril 2018.

De plus, si sa "volonté de réformer" est encore mentionnée par 50% de son électorat au premier tour de la présidentielle, cette perception a dégringolé de dix points au sein de ce segment de la population. 

Les classes populaires particulièrement critiques

18% des personnes sollicitées valident en revanche sa "représentation du pays à l'étranger", 12% lui savent gré de sa "jeunesse", 9% acquiescent à sa "vision pour la France", 8% estiment qu'il "renouvelle la politique" et qu'il tient "ses promesses". Enfin, pour 7% du panel, il incarne la fonction quand 6% approuvent l'orientation globale de sa politique. 

Si l'on se penche sur la sociologie de ces 48% de Français auprès desquels Emmanuel Macron ne trouve grâce en rien, on note que la catégorie des employés et des ouvriers, qui ont répondu en ce sens pour 57% d'entre eux, et des habitants de communes rurales, où ce verdict a recueilli 53% des suffrages, forment les contingents les plus importants de ces intransigeants. 

Déconnecté 

Elabe a aussi voulu savoir quelles étaient les critiques, là aussi le plus communément faites à Emmanuel Macron, que les Français retenaient à l'encontre du patron de l'exécutif.

Avec un bond de 19% en l'espace de neuf mois, il apparaît que sa "déconnexion à l'égard des réalités quotidiennes" est la première remontrance de nos concitoyens, qui sont 51% à s'accorder pour la lui prêter. Même ses anciens électeurs sont 40% à la concéder, soit une hausse de 18 points.

Ensuite, c'est sa "politique en faveur des plus aisées" qui est tancée, citée par 47% des sondés qui sont encore 39% à le décrire comme "arrogant". 37% des Français évoquent son "manque d'écoute". Enfin, ils ne sont que 8% à ne rien trouver à redire. 

Un président "autoritaire" pour 4 Français sur 5

Les interlocuteurs d'Elabe ont également été invités à tracer le portrait d'Emmanuel Macron en l'évaluant par rapport à d'autres catégories, moins politiques. Il en ressort que 78% des Français le jugent "autoritaire", en progression de cinq points par rapport à la dernière étude sur son image datée, elle, du 11 décembre dernier. Mais ils sont aussi 13% de plus à lui attribuer "dynamisme" (70%) et "courage" (57%). Il semble qu'il doive cette remontée à ses opposants les plus résolus: en effet, pour ces deux traits, il grimpe de respectivement 28 et 20 points parmi les électeurs de Marine Le Pen et 10 et 11 points parmi les partisans de Jean-Luc Mélenchon. 

43% des personnes interrogées observent sa "capacité à réformer", 42% assurent qu'il "respecte ses engagements". Ils ne sont plus que 35% à le définir comme "honnête" (ce qui représente tout de même une augmentation de six points), et 32% à évoquer "sa sincérité". Sa capacité à "rassembler les Français" ne fait pas recette non plus, ne lui étant délivrée que par 20% des sondés tandis que "sa proximité" avec les gens est évaluée à 19%. 

Un débat pour rien? 

Enfin, les sondeurs ont tenu à y voir plus clair sous un dernier aspect: nos concitoyens croient-ils que le débat national marquera un changement de style et de méthode dans le quinquennat d'Emmanuel Macron? C'est non pour 66% d'entre eux. Si 79% des soutiens de Marine Le Pen et 69% de ceux de Jean-Luc Mélenchon n'attendent aucun bouleversement, 56% de ceux d'Emmanuel Macron pensent au contraire que la période va conduire à une inflexion de la politique menée. 

Sondage réalisé sur Internet les 29 et 30 janvier 2019 sur un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération.

Robin Verner