BFMTV

Sondage BFMTV: la liste LaREM/MoDem en tête des intentions de vote pour les européennes devant le RN

Selon le dernier sondage Elabe "L'Opinion en direct" que nous diffusons ce mercredi, la liste emmenée par la majorité se détache en tête des projections pour les européennes dans quatre mois. Avec 23,5% des intentions de vote, elle devance la liste du Rassemblement national, créditée de 20,5%.

On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment, et la majorité serait peut-être bien inspirée d'y demeurer encore un peu. En effet, alors que la direction de la liste La République en marche-MoDem pour les européennes est toujours vacante à quatre mois du scrutin, il apparaît ce mercredi dans notre nouveau sondage "L'Opinion en direct", par l'institut Elabe, que les intentions de vote en sa faveur progressent malgré cette incertitude. Et ce, en pleine période de turbulences pour l'exécutif. 

Pour les européennes, la liste LaRem/MoDem est ainsi créditée de 23,5% des projections, en hausse de quatre points par rapport à la précédente mesure, en novembre dernier. Derrière elle, vient le cortège du Rassemblement national, et ses 20,5%, comme il y a deux mois. Loin, très loin derrière ce duo dépareillé, on note la troisième position de la liste des Républicains: 12,5% des intentions de vote, après une chute de 2,5 points. 

La gauche décrochée 

Quelques encablures en contrebas, deux visions de la gauche en Europe sont au coude-à-coude: la France insoumise, critique des institutions européennes telles qu'elles sont, avec 9,5%, au prix d'un tassement de 1,5 point, suivie par la liste d'Europe-Ecologie-Les Verts, jaugée à 9%, et qui, comme son nom l'indique, a davantage misé sur l'Union européenne depuis son lancement en 2009. Cette dernière est en hausse de deux points. Le Parti socialiste ne semble pas en mesure de les concurrencer pour le moment, n'atteignant qu'un score de 6%. Cette statistique le place tout de même quatre points au-dessus de Génération.s de Benoît Hamon, et de la liste communiste pilotée par Ian Brossat.

Entre les socialistes et leurs rivaux de gauche, on trouve encore la liste eurosceptique de droite Debout la France, nantie de 5% des intentions de vote, après un coup de moins bien de 1,5 point depuis novembre. La liste UDI est quant à elle estimée pour l'heure à 3%. 

Intentions de vote.
Intentions de vote. © Elabe

Et si les gilets jaunes bousculaient la partie? 

L'institut de sondage a aussi voulu imaginer le scénario en cas de participation à l'élection d'une liste composée par des gilets jaunes. Dans cette hypothèse, les gilets jaunes pourraient obtenir la troisième place avec un taux de 13%. Cette performance handicaperait principalement le Rassemblement national.

Dans le détail, la liste de la majorité est encore en tête dans ce cas, juchée cette fois sur un score de 22,5% des projections, devant le Rassemblement national, marquant ici nettement le pas, à 17,5%. Après cette éventuelle liste de gilets jaunes, on trouve LR avec 11,5% des intentions. Dans ce cas de figure, Europe Ecologie-Les Verts surpasse la France insoumise: 8,5% contre 8%. 

L'élection peine toujours à intéresser 

Pour comprendre les bons augures autour des listes LaRem/MoDem et EELV, qui enregistrent les gains les plus nets, il faut examiner l’intérêt suscité par le rendez-vous électoral. Et il est encore bien limité, avec 53% de Français se disant intéressés (ce qui représente même une contraction d’un point par rapport à novembre). De plus, les électorats les plus pro-Union européenne, bien qu’avec certaines réserves parfois, concentrent l’essentiel de ces concitoyens enthousiastes à l’idée de se rendre dans l’isoloir. Les anciens électeurs de Benoît Hamon au premier tour de la présidentielle, auquel Yannick Jadot, actuel tête de la liste EELV, s’était rallié en février 2017, se déclarent intéressés pour 74% d’entre eux. Les anciens partisans de François Fillon suivent avec 69% d’intéressés, et les anciens électeurs d’Emmanuel Macron leur succèdent immédiatement avec un taux de 62%.

Les électorats les plus partagés quant à la marche des institutions européennes sont aussi les moins enclins à se passionner pour le sujet. La perspective de l’élection n’éveille l’intérêt que de 51% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 55% de ceux de Marine Le Pen.

Dans la population, ce sont les jeunes et les classes populaires qui s’annoncent les moins intéressés, avec des seuils respectifs de 41% et 42%. Les cadres et les classes moyennes envisagent bien davantage le vote, avec 69% d’intéressés dans le premier cas, et 56% dans le second.

Les Français livrent leurs thèmes de campagne 

Les sondés ont aussi donné leur avis sur ce que devraient être les principaux thèmes de la campagne. La lutte contre le réchauffement climatique arrive en tête des préoccupations, avec 37%. La maîtrise des flux migratoires a quant à elle été citée par 34% du panel. 34%, c'est aussi la statistique des Français souhaitant que la lutte contre le terrorisme soit intégrée au débat. La lutte contre le chômage et la croissance économique sont jaugées à 33%. Enfin, et après un bond de 14 points depuis le sondage de novembre, le sujet de la lutte contre la fraude fiscale s'impose pour 28% des électeurs. 

Sondage réalisé sur Internet les 22 et 23 janvier 2019 sur un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération.

Robin Verner