BFMTV

Ségolène Royal tacle de nouveau Emmanuel Macron: "Si j'étais à (sa) place, la France irait mieux"

Autrefois bienveillante à l'égard du président de la République, elle n'a pas hésité à le critiquer, pointant du doigt sa gestion de la crise des gilets jaunes.

La relation entre Ségolène Royal et Emmanuel Macron n’est définitivement plus au beau fixe. Avant même son départ du poste d’ambassadrice des pôles arctique et antarctique, l’ancienne finaliste de l’élection présidentielle de 2007 n’était pas avare de critiques envers l’actuel occupant du palais de l’Elysée.

Point de discorde principal, le traitement des gilets jaunes par le gouvernement et un "sentiment d’abandon" qui entraînait selon elle un "écroulement" de la cohésion française.

Dans un article de L’Express paru ce mardi, Ségolène Royal tance une nouvelle fois le président de la République. "Si j'étais à la place d'Emmanuel Macron, la France irait mieux. […] Cela peut sembler prétentieux de le dire, mais c'est vrai", avance-t-elle.

Encore en cause souligne l’hebdomadaire, la gestion de la crise sociale actuelle par le pouvoir en place. L’Express rappelle d’ailleurs qu’au début du mouvement des gilets jaunes, elle aurait écrit un texto au chef d’état afin de lui demander de faire machine arrière sur la taxe carbone. Le message est resté lettre morte.

Rumeurs pour 2022

Depuis plusieurs semaines, les rumeurs vont bon train quant à une possible candidature de Ségolène Royal à la présidentielle de 2022. Dans la suite de l’article, L’Express détaille que, bien que l’ancienne députée des Deux-Sèvres s’entoure d’une garde rapprochée, composée entre autres de Christophe Bouillon, Luc Carvounas et Guillaume Garot, rien ne semble acté à ce sujet.

Pour autant, son association créée en début d’année, "Désirs de France", revendique déjà 4000 inscrits.

"Si j'avais eu Facebook en 2007, j'aurais été élue. J'aurais eu une capacité de riposte beaucoup plus rapide", conclut-elle d'ailleurs.
Hugo Septier