BFMTV

Réforme des retraites: Emmanuel Macron et Édouard Philippe font bloc face à la crise

BFMTV

Afin de traverser la crise sociale qui dure maintenant depuis six semaines, des observateurs proches de l'exécutif assurent qu'Emmanuel Macron et Édouard Philippe font l'effort d'apparaître sur la même ligne politique.

L'exécutif l'assure: il ira au bout de la réforme des retraites, et ce malgré la volonté des syndicats de poursuivre la mobilisation. En cette sixième semaine de grève, l'intersyndicale persiste à réclamer le retrait total de la réforme, mais le gouvernement entend montrer qu'il tourne la page. 

Au plus fort de la crise sociale, le président avait chargé le chef du gouvernement de "trouver un compromis rapide" avec les syndicats. Mais ce mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, Edouard Philippe a balayé d'un revers de manche les rumeurs qui couraient mi-décembre, et qui faisaient état de dissensions entre Emmanuel Macron et lui. Le Premier ministre a évoqué des relations "en complète fluidité" et "en très bonne intelligence" avec le président, notamment sur ce dossier brûlant de la réforme des retraites.

"Nous travaillons en très bonne intelligence, en complète fluidité (...) de la manière dont les institutions doivent fonctionner", a-t-il déclaré à la presse.

"Dès qu’il y a une 3e personne, ils sont d’accord"

Un fin observateur des relations de l'exécutif confirme à BFMTV qu'Emmanuel Macron et Édouard Philippe tentent de masquer leurs désaccords en public, et de constituer un front uni sur la question des retraites.

"Ils se parlaient nécessairement avant, mais quel que soit leur interlocuteur, dès qu’il y a une troisième personne dans la pièce, ils sont d’accord", confie à BFMTV ce poids-lourd de la majorité.

Ces jours-ci, "Édouard Philippe est en phase de décompression" et se trouve "comme après une épreuve", selon des membres de la majorité qui le voient régulièrement. L'un d'eux, pas spécialement proche du Premier ministre, assure être admiratif, pour l'avoir vu à l’œuvre pendant les négociations avec les partenaires sociaux.

Philippe grand gagnant de la séquence "retraites"

"Philippe sort incontestablement gagnant de cette séquence!", affirme ce pilier de la majorité, qui participe aux réunions gouvernementales. "Au début, il n’y croyait pas, il n’était pas pressé d’y aller, car il a vécu 1995. Il voyait très bien 'le nid à emmerdes': 42 régimes spéciaux jusqu’au marin d’eau douce, la difficulté de négocier avec la CFDT. Il était "conscient du bordel que cela représentait, et il n’était pas demandeur. Mais il (le Premier ministre) a bien mené son opération, assumé et retiré l’âge pivot au bon moment", commente cette source de la majorité.

Édouard Philippe est pressenti pour être tête de liste au Havre aux prochaines élections municipales, mais les plus proches de ses collaborateurs ne savent toujours pas s'il est prêt ou non à quitter l'hôtel de Matignon. Selon son entourage, le bras de fer au sujet de la réforme des retraites compliquerait sa prise de décision.

"Ce ne sera pas Balladur! Il sera loyal avant tout" et n'abandonnera pas son poste de sitôt, assure cette source qui participe régulièrement aux réunions de la majorité. Elle ajoute: "Matignon, c’est une drogue dure, si on ne vous chasse pas, vous ne partez pas".

dossier :

Emmanuel Macron

Jeanne Bulant et Camille Langlade