BFMTV

Municipales: vers une candidature d'Édouard Philippe comme tête de liste au Havre?

Le Premier ministre pourrait être tête de liste au Havre pour les élections municipales de mars prochain, mais le bras de fer au sujet de la réforme des retraites complique sa prise de décision.

Édouard Philippe continue de laisser planer le doute sur une éventuelle candidature aux élections municipales de mars prochain. Selon ses proches, l'ancien maire du Havre de 2010 à 2017 envisage d'être tête de liste dans "sa ville".

Sa décision n'est cependant pas prise et le conflit social sur la réforme des retraites complique sa tâche. Autour de lui, on explique qu'Édouard Philippe ne consulte et ne se confie que très peu sur la question. "Il ne nous en parle jamais", concède à BFMTV un membre de son entourage.

Dans une interview datée de septembre dernier, le Premier ministre n'avait cependant pas exclu une candidature dans le chef-lieu de Seine-Maritime, déclarant: "Le Havre, c’est ma ville". Et d'ajouter qu'il ne donnerait pas de réponse avant janvier 2020.

Le Premier ministre freiné par la crise sociale

Puis au début du mois de janvier, alors que le président l'a enjoint dans son allocution de faire des compromis pour sortir de la crise de la réforme des retraites, le Premier ministre a préparé sa rentrée 2020 depuis sa bonne ville du Havre. De quoi relancer les dires d'un éventuel prochain mandat aux municipales.

Mais selon nos informations, Édouard Philippe pourrait bien être tête de liste au Havre pour les prochaines municipales, en expliquant dès le départ qu’il resterait Premier ministre, tant qu’il aura la confiance du président de la République.

"Ce sera clair! Il vendra 'l'équipe municipale'", assure une source très proche du chef du gouvernement. "Et pour les Havrais, il n’y a pas de doute. S’il revient, c’est en tant que tête de liste. Ils l’attendent", estime à BFMTV une source locale. "Et s’il explique clairement qu’il ne sera pas maire, les Havrais le prendront bien", ajoute-t-elle.

Le conflit social et les futurs débats parlementaires sur la réforme des retraites compliquent et retardent sa décision. "Ce n’est pas neutre mais pas totalement handicapant", veut croire un proche.

Preuve ultime, s'il en fallait une, que la réforme des retraites a une influence sur sa décision: Édouard Philippe ne dévoilera ses intentions qu’après le vendredi 24 janvier, jour de l’examen en conseil des ministres.

Thomas Soulié avec Jeanne Bulant