BFMTV

Quand Macron accuse Le Pen de défendre un parti qui "a conduit des attentats contre De Gaulle"

Emmanuel Macron sur le plateau de TF1, jeudi 27 avril.

Emmanuel Macron sur le plateau de TF1, jeudi 27 avril. - Eric FEFERBERG / POOL / AFP

Invité jeudi soir de l'émission L'Elysée 2017 sur TF1, Emmanuel Macron a attaqué frontalement Marine Le Pen, établissant un lien entre le Front national et l'attentat du Petit-Clamart commandité par l'OAS contre le général De Gaulle, en 1962.

Invité de L'Elysée 2017 sur TF1 ce jeudi soir, Emmanuel Macron a vivement attaqué Marine Le Pen, et les racines du parti fondé par son père. Après avoir été interrogé sur les hésitations que suscite auprès de l'électorat l'affiche du second tour, il a commencé par s'adresser aux personnes ayant choisi François Fillon au premier tour de la présidentielle: "Je respecte les électeurs de François Fillon qui voulaient plus de réformes économiques, ils voulaient une autre société. Je leur demande simplement: 'Est-ce que vous vous retrouvez dans le projet de Marine Le Pen? Est-ce que vous y retrouvez le visage de la France du général De Gaulle?'" Le candidat d'En Marche! s'est alors lancé dans un exposé historique inattendu:

"Marine Le Pen défend les couleurs d’un parti qui a conduit des attentats contre le général De Gaulle, qui a encore les enfants des protagonistes dans ses rangs, qui s’est construit sur l’anti-gaullisme. Le fils du commanditaire de l’attentat du Petit-Clamart, qui revendique toujours les choses, il est dans l’opposition Front national à Christian Estrosi à la région. Le dirigeant actuel du Front nationaldepuis que Marine Le Pen lui a laissé ses responsabilités, a tenu des propos graves sur notre histoire."

S'agissant du conseiller régional frontiste du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur mentionné ici, Emmanuel Macron faisait visiblement référence à Thibaut de La Tocnaye. Alain de La Tocnaye, son père, était un des membres du commando du Petit-Clamart. 

Le Front national fondé dix ans après l'attentat manqué

Si cet exposé peut surprendre, c'est que le candidat fait ici explicitement référence à l'Organisation armée secrète (plus connue sous le sigle OAS), une organisation secrète d'origine militaire qui avait multiplié les actes de terrorisme en Algérie, ainsi qu'en France, au début des années 60, afin de militer en faveur de "l'Algérie française". Lors de l'attentat manqué du Petit-Clamart, commis le 22 août 1962, un commando dirigé par le lieutenant-colonel Jean-Marie Bastien-Thiry avait mitraillé la DS présidentielle, transportant le général De Gaulle et son épouse, Yvonne. Le couple présidentiel avait échappé à la mort. Le Front national, quant à lui, n'a été créé que dix ans plus tard, en 1972. 

En fin d'émission, Emmanuel Macron a encore eu des mots durs à l'égard de sa rivale dans la course à l'Elysée. Il a ainsi qualifié son adversaire politique d'"ennemie" sur le plan des valeurs. 

R.V.