BFMTV

Quand de Villiers conseillait à Macron d'être "proche des gens mais loin des journalistes"

DOCUMENT BFMTV - Après son arrivée à l'Elysée, Emmanuel Macron a semble-t-il mis en application l'un des conseils délivrés par Philippe de Villiers. Le souverainiste retraité de la politique évoque leurs échanges dans notre enquête diffusée ce dimanche.

Parmi les conseils délivrés par Philippe de Villiers à Emmanuel Macron avant la campagne présidentielle, le président de la République semble en avoir retenu au moins un. Dans l'enquête de BFMTV sur l'ascension d'Emmanuel Macron jusqu'à l'Elysée, le président du Mouvement pour la France explique face caméra sa rencontre avec lui. Emmanuel Macron est venu le trouver, lui a rendu visite au Puy-du-Fou en compagnie de son épouse, et le souverainiste qui dit avoir pris ses distances avec la politique en a profité pour lui soumettre quelques idées.

"Je lui ai dit de prendre de la hauteur, de la distance, et donc de faire deux conférences de presse annuelles, point final. C'est-à-dire être proche des gens, être loin des journalistes, pour rester toujours dans la verticalité", explique-t-il dans un bonus inédit de Macron à l'Elysée, le casse du siècle

Verticalité... et mystère

Des propos qui prennent un écho particulier, un an après l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Le président de la République s'est très tôt montré avare de paroles avec les journalistes, mais multiplie les visites ou promenades improvisées, seul ou avec son épouse Brigitte, qui sont à chaque fois des occasions de parler avec les Français. Ces dernières semaines, il a dérogé à ses propres règles pour passer deux fois à la télévision en l'espace de quatre jours, dans un contexte social tendu et après des semaines de chute de sa popularité dans les sondages.

Ce même Emmanuel Macron qui a théorisé la présidence jupitérienne et a décidé de rompre avec une tradition vieille de 40 ans en n'accordant pas d'interview le 14 juillet dernier. "Le chef s'entoure de mystère", conclut Philippe de Villiers, citant le Général de Gaulle.
Charlie Vandekerkhove