BFMTV

Pour Macron, "c'est une erreur de penser que le programme est le cœur d'une campagne"

Emmanuel Macron, le 31 août 2016.

Emmanuel Macron, le 31 août 2016. - Philippe Lopez - AFP

Depuis plusieurs semaines, les détracteurs d'Emmanuel Macron critiquent le flou de son programme. Mais selon lui, le programme n'est pas "le cœur" d'une campagne électorale.

Le candidat à l'élection présidentielle Emmanuel Macron a affirmé dans Le Journal du Dimanche que c'est "une erreur de penser que le programme est le coeur" d'une campagne électorale. Selon lui, "la politique, c'est mystique".

L'ancien ministre de l'Économie, à qui ses adversaires reprochent le flou de son programme, affirme dans un entretien que "la politique, c'est un style". Pour lui, "c'est une magie. Il faut définir le coeur de ce qu'on veut porter". 

Tout en affirmant qu'il "ne cherche pas à être un prédicateur christique", Emmanuel Macron déclare au JDD: "La dimension christique, je ne la renie pas; je ne la revendique pas."

Un "gourou"?

Emmanuel Macron, que les sondages placent actuellement en deuxième place dans les intentions de vote pour la présidentielle, s'est plusieurs fois fait moquer par le candidat socialiste Benoît Hamon. "On les voit les jeunes guépards, les créatures du système qu'une habile manipulation transforme soudain, par la grâce peut-être, en grand transformateur", avait ironisé l'ex-ministre de l'Éducation lors de son discours d'investiture le 5 février.

Le candidat de la droite François Fillon l'a traité de "gourou", tandis que celui de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a appelé ses partisans la semaine dernière à se méfier des "champignons hallucinogènes qui poussent dans la jungle politique et la bulle médiatique", en se demandant "où sont leurs programmes".

Macron "récapitulera ses propositions début mars"

Lors d'un déplacement en Touraine vendredi, Emmanuel Macron avait affirmé que, depuis deux mois, il "égrène le projet sur le travail, sur l'éducation, sur l'agriculture, sur l'Europe, sur la sécurité, sur l'écologie".

Interrogé lui aussi dans le JDD, son conseiller Jean Pisani-Ferry a rappelé le calendrier prévu par le mouvement En Marche!: "Début mars, il récapitulera ses propositions et les grands engagements sur lesquels il investira le capital politique conféré par l'élection."

M.P avec AFP