BFMTV

Philippe de Villiers: "Sarkozy et Hollande ont du sang sur les mains"

L'ancien candidat à la présidentielle Philippe de Villiers.

L'ancien candidat à la présidentielle Philippe de Villiers. - Guillaume Paumier - Wikimedia - CC

L'ancien secrétaire d'Etat de Jacques Chirac et candidat à la présidentielle de 1995 considère que des politiques tels que Nicolas Sarkozy, François Hollande ou encore Valéry Giscard d'Estaing ont "du sang sur les mains" parce qu'ils ont ouvert les frontières du pays, c'est ce qu'il a déclaré mercredi matin sur RTL.

"Ce qui est certain c'est que ces générations politiques, Sarkozy, Hollande et depuis Giscard en fait, pour moi, elles ont du sang sur les mains", ces accusations sont graves, ce sont celles de Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France, ce matin sur RTL

Le leader du Mouvement pour la France accuse, avant d'expliquer: "d'abord parce qu'ils ont désarmé les frontières et que malgré les avertissements des attentats ils ont maintenu Schengen", et "deuxièmement parce qu'ils ont installés au coeur de notre nation, une super nation qui s'appelle l'oumma, c'est à dire la communauté des croyants de l'islam et que maintenant nous sommes devant la contre société islamique".

En arabe, l'oumma désigne la communauté des musulmans, indépendamment de leur nationalité, de leur lien sanguin et des pouvoirs politiques qui les gouvernent. 

L'ancien secrétaire d'Etat de Jacques Chirac, candidat à la présidentielle de 1995 insiste: "Je pense que l'islam est incompatible avec la République, incompatible avec la civilisation française, incompatible avec l'égalité".

"Une génération politique qui a accepté la colonisation"

Interrogé sur les confessions du président de la République, François Hollande, sur l'islam, dans un livre dont les bonnes pages sont sorties ce mercredi, Philippe de Villiers rue dans les brancards:

"François Hollande fait parti de cette génération politique qui a accepté la conquête, la colonisation, et qui sous les yeux maintenant (...) une France où les Français se sentent parfois étrangers chez eux".

Dans un livre des journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça, François Hollande confie "D'une certaine façon, si on arrive à offrir (à la femme voilée) les conditions pour son épanouissement, elle se libérera de son voile et deviendra une Française" ou encore "La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain."

Des propos inacceptables pour le député européen qui lui publie aujourd'hui un livre intitulé Les cloches sonneront-elles demain. Un pamphlet anti-islam de 300 pages, dans lequel Philippe de Villiers redoutent de voir les églises remplacées par des mosquées. 

Marine Henriot