BFMTV

Hollande se justifie sur les "sans-dents"

Le chef de l'Etat justifie son utilisation de l'expression, rapportée par Valérie Trierweiler dans son livre Merci pour ce moment. Il estime avoir été trahi par son ancienne compagne.

Ce terme avait été dévastateur. Lors de la sortie de Merci pour le moment, le livre explosif de Valérie Trierweiler sorti en septembre 2014, l'ancienne compagne de François Hollande avait rapporté l'utilisation d'une expression de la part du chef de l'Etat pour qualifier les personnes pauvres: "les sans dents". A l'époque, le terme avait fait scandale.

Interrogé à ce sujet dans Un président ne devrait pas dire ça, le dernier livre des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet (Stock), le chef de l'Etat affirme ne pas avoir digéré l'épisode. Car selon lui, il a bien prononcé ces mots. Mais pas pour se moquer. "Je lui ai dit: Je vois des gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents", rapporte le Président aux deux journalistes.

"Quand je dis: j'aime les gens, c'est vrai"

L'interprétation du terme par Valérie Trierweiler provoque la colère de François Hollande. "C'est odieux, c'est une trahison", affirme-t-il. "Quand je dis: j'aime les gens, c'est vrai".

Ce n'est pas la première fois que François Hollande revient sur cet épisode. En septembre 2014, déjà, il s'était expliqué sur un ton grave: "cette attaque sur les pauvres, je l'ai vécue comme un coup porté à ma vie tout entière", rappelant au passage les origines modestes de ses grands-parents. "Oui, j'ai rencontré des gens dans les pires difficultés, usés par la vie. Ils avaient du mal à soigner leurs dents. C'est le signe de la pire misère. Ces gens, je les ai côtoyés, aidés, soutenus", avait-il encore ajouté. Deux ans après, la pilule n'a visiblement toujours pas été digérée.

A. K.