BFMTV

Grève du 5 décembre: Martine Aubry dénonce l'"entourloupe" de la réforme des retraites

Martine Aubry à la mairie de Lille, le 3 août 2018

Martine Aubry à la mairie de Lille, le 3 août 2018 - Philippe HUGUEN / AFP

Dans une interview accordée au Parisien, la maire PS de Lille confie son "inquiétude" sur la réforme des retraites qu'elle qualifie de "réforme injuste".

"Je ne suis pas là pour faire des petites phrases, mais pour dire combien je suis inquiète". D'ordinaire discrète dans les médias, l'ancienne ministre du Travail Martine Aubry a décidé de sortir de son silence à l'occasion de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Dans une interview accordée au Parisien et publiée dans l'édition de ce jeudi, la maire PS de Lille dénonce le "flou permanent" qui flotte sur la réforme proposée par l'exécutif et estime que "les Français ont raison de redouter une entourloupe".

>> EN DIRECT - Des perturbations dans les transports aux manifestations, BFMTV.com vous accompagne toute la journée

Décrivant un pays "fragile" et des citoyens "vulnérables", Martine Aubry reproche à Emmanuel Macron de préparer une réforme "injuste" et lui demande d'arrêter "d'opposer les Français entre eux". Défendant les régimes spéciaux justifiés selon elles par des "raisons spéciales" comme "la pénibilité, des contraintes horaires, du travail le week-end ou des salaires plus bas", elle réclame une réforme "claire et juste" qui corrigerait "une partie des inégalités" en prenant notamment en compte "les carrières hachées ou précaires".

"On ne peut pas continuer à réformer dans l'injustice"

Si l'ancienne ministre de Lionel Jospin assure qu'elle manifestera ce jeudi, "comme à chaque fois qu'on veut nous imposer une réforme injuste", elle appelle toutefois au calme. "Je n'ai jamais pensé qu'il fallait régler les problèmes dans la rue et encore moins avec violence", confie Martine Aubry qui espère que "ce grand mouvement social sera fort pour que le gouvernement comprenne qu'on ne peut pas continuer à réformer dans l'injustice".

Mélanie Rostagnat