BFMTV

Opération à Villejuif: pour Edouard Philippe, l’état d’urgence est un "état transitoire qui ne peut pas durer"

Edouard Philippe sur BFMTV.

Edouard Philippe sur BFMTV. - BFMTV

Edouard Philippe a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur BFMTV ce jeudi soir. Il a notamment évoqué les questions sécuritaires après une opération policière à Villejuif ayant conduit à l'interpellation de trois individus mercredi.

Si l'essentiel de l'entretien d'Edouard Philippe conduit par Ruth Elkrief ce jeudi soir pour BFMTV a été consacré au drame qui saisit les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy dans le sillage d'Irma, le chef du gouvernement est aussi intervenu au sujet des menaces que fait peser le terrorisme sur la sécurité des Français:

"Je dis que le niveau de menace auquel la France est confronté est élevé. Je le dis systématiquement. Et pas pour faire peur ! Je le dis parce que c’est la vérité et que chaque semaine les forces de sécurité reçoivent et exploitent des informations et procèdent à des interpellations. L’ensemble de ceux qui contribuent à ces missions sont vigilants et mobilisés."

Ces propos font suite à l'interpellation de trois individus après que des explosifs et des produits suspects ont été découverts mercredi dans un appartement de Villejuif dans le Val-de-marne ainsi que dans un box de Thiais. "J’observe qu’à Villejuif c’est la vigilance d’un concitoyen qui a permis cette découverte. Il a dit : 'il se passe là-bas quelque chose et je vais aller en parler'", s'est félicité le Premier ministre. 

1,6 milliard d'euros en plus pour l'armée en 2018

Ces nouveaux événements, cependant, ne sont pas de nature selon le Premier ministre à éterniser l'état d'urgence ayant cours en France jusqu'au 1er novembre: "L’état d’urgence est un état transitoire qui ne peut et ne doit pas durer. Il a été utilement déclenché après le 13 novembre 2015. Aujourd’hui, il a d’autant moins de raison de durer que nous prenons des mesures pour assurer la sécurité des Français." "Un texte sera bientôt discuté au parlement pour assurer la sécurité des français", a-t-il développé. 

Au sujet des forces armées, qui assurent elles aussi la sûreté des français lors d'opérations extérieures et sont également mobilisées en France, Edouard Philippe a lancé: "L’année prochaine le budget des armées connaîtra une hausse sans précédent ces dix dernières années". Au début du mois de juillet des efforts budgétaires imposés à l'armée pour l'exercice 2017 ont provoqué une vaste controverse, illustrée par la démission du chef d'Etat-major des armées, le général pierre de Villiers. "Nous allons l'année prochaine augmenter, dans le budget que je présenterai, le budget des Armées de plus de 1,6 milliard (d'euros). Cet effort sera poursuivi en 2019 puis en 2020 parce que le monde dans lequel nous vivons est dangereux", a appuyé le Premier ministre. 

Robin Verner