BFMTV

Nicolas Sarkozy: "Bayrou face à Le Pen ? Je voterais Bayrou !"

Le candidat à la primaire de la droite et ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, le 7 novembre 2016 à Neuilly-sur-Seine.

Le candidat à la primaire de la droite et ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, le 7 novembre 2016 à Neuilly-sur-Seine. - Eric FEFERBERG / AFP

Dans une interview accordée au Parisien, le candidat à la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy, revient sur son opposition avec le leader centriste François Bayrou. L'ex-Président l'affirme, pour lui il ne s'agit pas d'un problème personnel, mais d'une différence de vision politique.

Entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou, la guerre est ouverte. Et pourtant, dans une interview accordée au Parisien ce matin, Nicolas Sarkozy nuance ses propos, pourtant virulents ces dernières semaines. L’ancien président de la République, candidat à la primaire de la droite, se dit prêt à voter Bayrou, si celui-ci était contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentiel.

“Je vous dis une chose: s'il était face à Marine Le Pen, je voterais pour lui”.

Si cette phrase paraît être un signe de paix, c'est en réalité un uppercut visant directement son ennemi centriste, qui avait refusé de s’exprimer sur l’hypothèse d’un duel Nicolas Sarkozy-Marine Le Pen.

Une affaire de moralité

“Ca en dit long sur son engagement moral” soupire l’ancien Président, puis d’enchaîner, “Si j’avais fait ça, moi, quel scandale aurait-on dit”. A noter que Nicolas Sarkozy ne se mouille pas beaucoup avec une telle affirmation, puisque François Bayrou n’est pas candidat à l’élection présidentielle et a annoncé soutenir Alain Juppé. Il pourrait s'engager dans une quatrième campagne si, et seulement si, Nicolas Sarkozy venait à remporter la primaire.

Mais pour l’ex-leader de l’UMP l’affaire est sérieuse et relève de la moralité, “Décidément… nous n’avons pas la même moralité, lui et moi”, expire-t-il. D’ailleurs, Nicolas Sarkozy tient à le préciser, il n’a “aucun problème avec lui” mais “un problème politique”. Avant de fermer la porte du gouvernement au nez du centriste:

“Que les choses soient claires, si je suis élu président de la République, je ne me mettrai pas otage de François Bayrou”.

Coups sur coups 

La bataille entre l’ancien leader de l’UMP et le maire de Pau a débuté en 2012, lorsque ce dernier a appelé à voter pour le candidat Hollande au deuxième tour de l’élection présidentielle, contre Nicolas Sarkozy.

Depuis les punchlines fusent entre les deux hommes. “S’il avait été un bon président de la République, il aurait été réélu”, avait affirmé Fançois Bayrou à propos de Nicolas Sarkozy, le 24 octobre sur BFMTV. Et Nicolas Sarkozy de répondre le soir même sur France 5: "Je le connais bien, il a été candidat quatre fois à la présidentielle. Le pauvre, il n’a jamais passé le premier tour.” Il faut préciser toutefois que François Bayrou a été candidat trois fois, et non quatre, comme l’affirme l’ancien président.

Dans une tribune publiée sur Facebook le 29 octobre, François Bayrou a dénoncé la “brutalité” et la “violence” de Nicolas Sarkozy qui vont, selon lui, amener les Français à "lui dire non une deuxième fois" lors de la primaire de la droite.

M.H.