BFMTV

Marine Le Pen accuse Nathalie Loiseau de "passer ses journées à insulter l'opposition"

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (photo d'illustration)

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (photo d'illustration) - Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP

Il y a quelques jours, la ministre des Affaires européennes avait accusé la présidente du Rassemblement national, avec qui elle doit débattre sur France 2 le 14 mai prochain, de dire "un mensonge par jour".

Marine Le Pen a accusé Nathalie Loiseau de "passer ses journées à insulter l'opposition", ce jeudi. La présidente du Rassemblement national doit débatre avec la ministre des Affaires européennes sur France 2 le 14 mars prochain.

"Je rappelle que Nathalie Loiseau est censée être un ministre qui s'occupe de la défense des intérêts de la France à l'Europe, or elle passe ses journées à insulter l'opposition", a dénoncé Marine Le Pen sur RTL

"Dès qu'on est pas d'accord avec Nathalie Loiseau, on est un menteur" 

La ministre, dont le nom revient régulièrement, avec celui de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, pour occuper la tête de liste d'En Marche aux élections européennes de mai, attaque régulièrement Marine Le Pen. Elle l'a notamment accusée de dire "un mensonge par jour".

"Dès qu'on n'est pas d'accord avec Nathalie Loiseau, on est un menteur", a répliqué la députée du Pas-de-Calais ce jeudi. "Je voudrais l'enjoindre à défendre les intérêts de notre pays au sein de l'Union européenne, je pense que c'est son boulot et objectivement, elle y sera peut-être, je l'espère en tout cas, plus efficace que dans ses insultes quotidiennes à l'égard de l'intégralité de l'opposition à Emmanuel Macron", a-t-elle ajouté.

A la journaliste qui lui a fait remarquer qu'elle pourrait le lui dire lors du face-à-face le 14 mars dans L'émission politique de France 2, Marine Le Pen a répondu: "Je n'y manquerai pas". Ce sera son premier débat à la télévision depuis son face-à-face raté de l'entre deux tours de la présidentielle en 2017 face à Emmanuel Macron.

avec AFP