BFMTV

Européennes: l'écologiste Pascal Durand rejoint LaREM et dézingue Yannick Jadot

L'eurodéputé écologiste Pascal Durand, en novembre 2013

L'eurodéputé écologiste Pascal Durand, en novembre 2013 - Charly Triballeau - AFP

Cela faisait déjà plusieurs mois que l'ancien secrétaire national d'EELV participait en coulisses à la préparation de la campagne de LaREM.

L'eurodéputé écologiste Pascal Durand a annoncé ce mercredi être "prêt" à se présenter sur la liste La République en marche pour les élections européennes de mai, sans toutefois rejoindre le parti présidentiel. 

"J'ai réfléchi, hésité, consulté et discuté depuis des mois avec Daniel Cohn-Bendit et Philippe Grangeon" a déclaré, dans un entretien à L'Obs, l'ancien secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts Pascal Durand. Il explique ne pas se résoudre "à rester à la fenêtre regarder les régimes autoritaires, les nationalistes et l'extrême droite monter inéluctablement".

Proximité avec Hulot et Orphelin

Proche de l'ex-ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, Pascal Durand se veut distinct de LaREM et assure que le mouvement fondé par Emmanuel Macron ne lui demande pas de changer ce qu'il est.

Interrogé sur sa proximité avec la majorité présidentielle et notamment l'un de ses anciens députés, Matthieu Orphelin, l'ex-cadre dirigeant d'EELV dit ne pas être "naïf".

"Je sais que je ne vais pas être nécessairement entendu par une partie de mes amis" mais "je ne vais pas renoncer à mes combats pour la démocratie, la transparence fiscale, une Europe de l'énergie ou la condition animale", a-t-il répondu.

"EELV a fait le choix d'un repli identitaire"

L'écologiste soutient qu'une "alliance majoritaire devra aller d'un Michel Barnier aux Verts, en passant par les socialistes". En d'autres termes, une coalition allant du centre-droit au centre-gauche.

"Les Verts sont un groupe actif et reconnu au Parlement européen, mais très minoritaire. Et EELV a fait, en France, le choix tactique d'un repli identitaire plutôt que celui d'une liste ouverte", déplore-t-il dans l'entretien.

Et l'eurodéputé de viser en particulier Yannick Jadot, tête de liste de la formation écologiste française: "Il faut sortir de l'idée qu'un projet doit cocher toutes les cases ou ne serait rien. Ce sont des postures faciles de ceux qui, en réalité, ne changent pas le monde." 

Une non-surprise

Début février, Pascal Durand avait déclaré attendre de connaître la tête de liste LaREM pour formaliser son ralliement. Comme le rappelle une journaliste du Figaro, l'intéressé participait activement à la préparation de la campagne des macronistes depuis quelques mois déjà.

"Je ne suis pas là pour valider des noms", a-t-il répondu, interrogé sur les noms des ministres Agnès Buzyn et Nathalie Loiseau qui reviennent le plus souvent pour incarner la tête de liste LaREM.

Selon un sondage EuroTrack Opinionway/Tilder diffusé le 28 février, le parti présidentiel - allié au MoDem - et le Rassemblement national sont au coude-à-coude avec 22% d'intentions de vote. Dans cette enquête, EELV se situe à 6%.

Jules Pecnard avec AFP