BFMTV

Macron poursuit ses consultations sur l'après-Covid en recevant Hollande à l'Élysée

Emmanuel Macron et François Hollande à l'Elysée le 23 mai 2016.

Emmanuel Macron et François Hollande à l'Elysée le 23 mai 2016. - Charles Platiau

Depuis lundi, Emmanuel Macron consulte tous azimuts pour dessiner la fin de son mandat et définir les contours de l'après-Covid.

Dernière ligne droite pour Emmanuel Macron. Après Nicolas Sarkozy lundi, le président de la République déjeune ce vendredi avec son prédécesseur François Hollande, dans le cadre des larges consultations qu'il a lancées pour préparer l'après-Covid.

Il s'agit du premier tête-à-tête entre l'ex-chef de l'Etat et son ancien conseiller, depuis la passation de pouvoir en mai 2017. Selon les informations du Parisien, François Hollande devrait lui faire part de l'urgence de faire un geste envers les plus modestes et le pouvoir d'achat des ménages.

Emmanuel Macron, qui a promis de "se réinventer" lors de sa dernière allocution mi-juin, devrait présenter entre la fin du mois et le 14 juillet les nouvelles orientations de l'exécutif et acter le passage à "l'acte III" du quinquennat, selon les termes retenus par la majorité.

"Réformer sans donner de la morphine"

En plus des deux anciens chefs de l'État, Emmanuel Macron a consulté Gérard Larcher et les présidents de groupe du Sénat mardi. Il a également reçu les partenaires sociaux mercredi. Et s'est entretenu jeudi avec Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, puis, lors d'une autre réunion, avec les dix présidents des groupes politiques à l'Assemblée nationale, en présence de Richard Ferrand. Seul Jean-Luc Mélenchon était absent.

Concernant les réformes à lancer après la crise du coronavirus, Emmanuel Macron a, selon nos informations, assuré devant les membres de l'Assemblée nationale, que "les gens demandent de l'apaisement" mais qu'il faut "reformer sans donner de la morphine". Interrogé sur le maintien de la réforme des retraites et de l'assurance chômage, il a en revanche botté en touche.

Si un conseiller de l'Elysée présage auprès du Parisien qu'après le second tour des municipales "une nouvelle page va s'ouvrir", les représentants des partis de l'opposition, après leur rencontre avec le locataire de l'Elysée, sont persuadés que sa réinvention n'est pas pour tout de suite.

Clément Boutin Journaliste BFMTV