BFMTV

Les socialistes envisagent de rebaptiser le parti

Photo d'illustration

Photo d'illustration - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Le Parti socialiste pourrait devenir "les Socialistes". Une manière de reconnaître les différents courants du PS.

Un ravalement de façade suffira-t-il pour ressusciter le Parti socialiste? Certainement pas, mais un peu de cosmétique ne ferait pas de mal au parti, estime, selon Le Parisien, l'ancien port-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. "Il y a déjà Les Républicains, les Insoumis, on aura les Socialistes", lance le député de la Sarthe, fidèle hollandais. À La Rochelle, où se réunissent les élus PS pour un séminaire, Stéphane Le Foll a testé cette nouvelle appellation, les Socialistes, et il l'assure:

"Les gens trouvent ça très bien."

Un nom plus "dynamique", consensuel politiquement. Stéphane Le Foll, qui pourrait briguer le poste de premier secrétaire, est plus prudent que Manuel Valls ou Laurent Fabius: le premier voulait se débarrasser du mot "socialiste", "dépassé" selon lui, le second voulait y adjoindre le terme "démocrate", éloignant le parti de l'héritage de la SFIO.

Gomme magique

"Cette appellation est une façon de dire que désormais, la pluralité de la famille socialiste est admise. Ils l'assument clairement en changeant le singulier en pluriel. Les clivages sont désormais abordés de manière positive", analyse dans Le Parisien la linguiste Bénédicte Laurent.

Les "clivages" pourraient cependant se transformer en ruptures: au-delà des règlements de compte entre le PS et Benoît Hamon, la bataille entre socio-démocrates hollandais, socio-libéraux "Macron-compatibles" et anciens frondeurs a à peine débuté. Le changement de nom est, avant tout, le signe d'une crise.

"L'effet escompté est celui de la gomme magique !", continue Bénédicte Laurent. "L'idée selon laquelle si on change l'emballage, on change le contenu. Ce type de démarche survient généralement après une crise d'image. Cela permet de se créer une nouvelle identité, avant de changer de visage."

Les députés socialistes ont déjà pris les devants à l’Assemblée nationale, rebaptisant le groupe PS pour adopter le nom "Nouvelle gauche". Une révolution.

Louis Nadau