BFMTV

VIDEO - Patrick Balkany sort de ses gonds pour défendre Bygmalion

-

- - -

Les esprits se sont échauffés à plusieurs reprises lundi soir lors du conseil municipal de la ville de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, notamment au sujet des sommes versées par le maire à la société Bygmalion.

BFMTV.com connaît les colères de Patrick Balkany, ses conseillers municipaux aussi. Lundi soir, des conseillers d'opposition de Levallois-Perret l'ont questionné sur des dossiers controversés, déclenchant le courroux du maire UMP de cette riche commune des Hauts-de-Seine, limitrophe de Paris.

> Bygmalion à Levallois-Perret : "Portez plainte!"

La société de communication Bygmalion, l'une des protagonistes de l'affaire des frais de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, a également travaillé à Levallois-Perret.

Lundi soir à Levallois, la socialiste Anne-Eugénie Faure interroge le maire UMP, Patrick Balkany, sur une somme de près de 200.000 euros allouée à cette société, pour des conseils en communication très basiques, et qu'elle accuse d'être politiquement orientés.

Selon elle, le livret réalisé par la société aurait pu être envoyé à n'importe quelle autre collectivité locale de droite. Qu'il s'agisse d'expliquer Youtube, Facebook, Twitter ou Dailymotion, à chaque fois, les exemples présentés se rapportent à l'UMP, comme l'explique Le Lab d'Europe1.

Interrogé sur cette question, Patrick Balkany s'énerve: "Vous venez me parler d'un dossier dont vous ne connaissez strictement rien […] Si vous avez quelque chose à dire, portez plainte. Portez plainte et je vous attaquerai immédiatement en diffamation et en négociation (sic) calomnieuse!"

> Isabelle Balkany sèche le conseil à cause de la gastro?

Isabelle Balkany a été mise en examen fin mai pour "blanchiment de fraude fiscale". Début juin, pourtant, elle a été élue présidente de la société d’économie mixte de la ville de Levallois-Perret. Un sujet sur lequel voulait la questionner le conseiller d'opposition Arnaud de Courson, mais ce lundi soir, la première adjointe UMP de Levallois-Perret était absente pour cause de "gastro", selon son époux.

Le directeur général de la Semarelp, Jean-Pierre Aubry, lui aussi mis en examen dans le cadre de la vaste enquête sur le train de vie des Balkany, était également absent pour cause d'épidémie. Une excuse qui n'a pas convaincu Arnaud de Courson.

En réponse, Patrick Balkany l'a invité à démissionner si la nomination de son épouse ne lui plaisait pas.

> "Hollande va bientôt toucher le fond de la piscine!"

Patrick Balkany s'est également lancé dans un long monologue contre la gauche. "Vous comprenez pourquoi la gauche est aussi basse dans les sondages? Hollande va bientôt toucher le fond de la piscine mais il n'arrivera pas à remonter je vous le garantis", a-t-il lancé lors d'une attaque en règle contre le système de péréquation, traitant la ville voisine de Clichy de "véritable poubelle".

Karine Lambin et images Hortense Gérard