BFMTV

Sarkozy rencontre le monde de la santé, en plein mouvement de grève

Nicolas Sarkozy, le 21 octobre 2014.

Nicolas Sarkozy, le 21 octobre 2014. - Valery Hache - AFP

Le président de l'UMP recevra ce mardi et mercredi des responsables des médecins, pharmaciens et autres professions libérales pour "discuter de la situation actuelle" dans le milieu de la santé, touché par plusieurs mouvements de grèves.

Alors que les mouvements de grèves se multiplient, Nicolas Sarkozy veut séduire le monde de la santé. Le président de l'UMP va rencontrer mardi et mercredi des responsables de ce milieu pour "discuter de la situation actuelle".

Selon un communiqué de l'UMP publié lundi, des représentants de syndicats ou fédérations de médecins de ville ou hospitaliers, publics et privés, de pharmaciens et autres professions libérales de la santé seront reçus au cours de ces deux journées.

Participeront également à ces échanges Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente déléguée du parti, et les secrétaires nationaux Arnaud Robinet (en charge de la Santé), Nora Berra (Professions libérales), Claude Greff (Solidarités) et Jean-Pierre Door (Protection sociale).

Crispations

Après 10 jours de grève des consultations dans les cabinets, le mouvement des médecins a gagné lundi les cliniques, à l'appel notamment du Bloc (syndicat de chirurgiens), et du Syndicat national des urgentistes de l'hospitalisation privée.

François Hollande est monté pour la première fois au créneau pour tenter de désamorcer les crispations avec les médecins, appelés par leurs syndicats à boycotter en partie la carte Vitale.

Le chef de l'Etat leur a notamment promis un tiers payant généralisé "plus simple". "Je comprends les médecins qui disent qu'il ne faut pas que ce soit compliqué", ils ont "parfaitement raison", a déclaré François Hollande lundi matin sur France Inter. "Il ne faut pas qu'on soit remboursé à la Saint-Glinglin." Et de promettre: "Il faut qu'on puisse être capables d'être beaucoup plus simples, beaucoup plus efficaces", tout en défendant le dispositif, une de ses promesses de campagne.

La dispense d'avance de frais lors d'une consultation, prévue pour tous les assurés d'ici à 2017, est l'une des mesures emblématiques du projet de loi Santé porté par Marisol Touraine. Elle cristallise la colère des médecins, qui n'apprécient guère la perspective d'être directement payés par l'assurance maladie et par les mutuelles, et restent dubitatifs sur la faisabilité technique du dispositif et sur son coût.

Sarkozy multiplie les opérations séduction

Dans ce contexte, Nicolas Sarkozy tentera de se donner ce mardi l'image d'un président de parti à l'écoute, alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine tente en vain d'apaiser les inquiétudes. 

Cette nouvelle opération séduction intervient après celle menée le 16 décembre dernier envers les représentants des professions réglementées concernées par la loi Macron.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy, qui a déjeuné lundi avec Bruno Le Maire, son ex-challenger à la présidence de l'UMP (29,2% des voix), recevra le 10 janvier les nouveaux adhérents de son parti. Il y a déjà "plus de 1.000 inscrits" à cette réunion, qui se tiendra à Paris au siège de l'UMP, selon ses porte-parole, Sébastien Huyghe et Isabelle Le Callennec.

Le 12 janvier, Nicolas Sarkozy tiendra également la première permanence politique quotidienne de l'UMP, ouverte aux adhérents, selon une information de Radio Classique, confirmée par Sébastien Huyghe. Cette permanence aura lieu au siège du parti tous les jours de 17h à 18h. Les dirigeants de l'UMP la tiendront à tour de rôle par ordre alphabétique, a précisé Sébastien Huyghe.

Marisol Touraine, la ministre de la Santé, sera ce mardi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin à 8h35 sur BFMTV et sur RMC.

V.R. avec AFP