BFMTV

La grève des médecins toujours dans l'impasse

Les médecins entament une nouvelle grève contre la loi santé.

Les médecins entament une nouvelle grève contre la loi santé. - Philippe Huguen - AFP

Les médecins entament ce lundi un nouveau mouvement de grève. Outre la fermeture des cabinets, certains médecins ont l'intention de refuser la carte vitale, afin d'engorger l'Assurance maladie. Une action qui pourrait retarder les remboursements, alors que le gouvernement refuse toujours de céder.

Après quatre jours de pause, les médecins ont repris la grève. Durant deux jours, ils sont appelés par les syndicats à fermer leur cabinet. Mais pas seulement. Dès ce lundi, plusieurs d’entre eux optent pour une nouvelle technique: la grève administrative.

Où en est la grève?

Une première semaine de grève, menée du 23 au 31 décembre 2014, n’a pas permis aux médecins de faire céder le gouvernement sur la généralisation du tiers payant, point d’orgue de leur mobilisation. Libéraux et spécialistes entament donc ce lundi un nouveau mouvement, qui devrait durer deux jours.

Les 5 et 6 janvier, les syndicats ont de nouveau appelé à la fermeture des cabinets. Mais les médecins ne se contenteront pas cette fois de poser leur stéthoscope. La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a également appelé à "une grève administrative totale", faisant entrer ce mouvement dans une nouvelle phase.

Des remboursements plus longs

Durant deux jours, les Français reçus par certains médecins grévistes se verront ainsi refuser la carte vitale, qui permet aux patients de se faire rembourser leurs frais de santé en cinq jours. En lieu et place, ils recevront des cabinets grévistes une feuille de soin marron, qu’il faudra transmettre par voie postale à la caisse d’assurance maladie (CPAM).

Le but? Retarder le remboursement de la note du médecin par la sécurité sociale en engorgeant les services de l’Assurance maladie, qui devront redoubler de travail. Autre alternative, proposée par un autre syndicat de médecins, continuer l'utilisation de la carte vitale, en la doublant de l'envoi d'un duplicata, afin de noyer un peu plus la CPAM.

Pourquoi ce mouvement?

Alors que cette nouvelle phase de la grève aurait des raisons d’inquiéter les Français, 58% y seraient favorables, selon un sondage du JDD. A l’origine de la colère des généralistes et spécialistes, le projet de loi santé, qui sera débattu au Parlement au printemps 2015 et qui prévoit la généralisation du tiers payant. Une mesure qui permet aux patients d’être dispensés d’avance de frais, mais qui hérisse les médecins.

En cause? Les délais de remboursement du tiers payant par les caisses d’assurances maladies, souvent versés aux médecins avec du retard. Bertrand Legrand, médecin généraliste à Tourcoing (Nord), a d’ailleurs créé un observatoire pour prouver que ces délais ne sont pas respectés. "On a analysé 160.000 feuilles de soin, explique-t-il à BFMTV. A la caisse (Assurance maladie) de Tourcoing, ils ont réussi à payer une feuille de soin papier en 980 jours. En Ille-et-Vilaine, ils ont réussi à payer une feuille de soin électronique en 585 jours, ce qui est un délai incroyable." Surtout si le délai maximum est fixé à 20 jours, sans carte vitale.

Comme grand nombre de ses confrères, Bertrand Legrand dénoncé le risque qu’ont les médecins de devenir "dépendants de la sécurité sociale" pour obtenir leur salaire.

Autres points de discorde, le transfert de compétences à des paramédicaux (pharmaciens), notamment lorsqu’il s’agit de vaccins, et le renforcement des pouvoirs des agences régionales de santé (ARS).

Aude Deraedt