BFMTV

Sarkozy: "la justice vient de me déclarer innocent"

C'est sur Facebook que Nicolas Sarkozy a choisi de réagir à son non-lieu.

C'est sur Facebook que Nicolas Sarkozy a choisi de réagir à son non-lieu. - -

L'ancien président, qui a bénéficié d'un non-lieu dans l'affaire Bettencourt, a réagi sur sa page Facebook.

Comme à son habitude depuis sa défaite de mai 2012, Nicolas Sarkozy s'exprime sur Facebook. Cette fois, c'est pour commenter le non-lieu dont il a bénéficié lundi dans l'affaire Bettencourt qu'il prend son clavier.

"La justice vient de me déclarer innocent dans le dossier Bettencourt", explique-t-il dans un message signé de ses initiales. "Eu égard aux responsabilités que j’ai exercées, je ne ferai aucun commentaire sur la manière dont la justice a été rendue", poursuit Nicolas Sarkozy.

Pourtant, en se déclarant innocent, l'ancien président se lance déjà dans une analyse particulière de la décision. Car tant qu'il n'a pas été jugé coupable, Nicolas Sarkozy est protégé par la présomption d'innocence, et donc déjà considéré comme innocent. En revanche, tant que les faits qu'on lui reproche ne sont pas prescrits, il peut toujours être inquiété, écrit l'avocat Maitre Eolas sur son blog. "Le non-lieu met fin aux poursuites, mais pas définitivement. Une réouverture de l'instruction est possible tant que la prescription n'est pas acquise. Il faut simplement des charges nouvelles, c'est à dire inconnues lors de la première instruction".

Un ton politique

Dans la seconde partie de son message, l'ancien président donne à son message un ton très politique, en s'adressant à ses adversaires: "Aux responsables politiques qui durant ces longs mois ont utilisé cette 'affaire' et participé à cultiver le soupçon, je veux rappeler combien la présomption d'innocence est un principe fondamental. On ne gagne jamais à calomnier", écrit-il.

Il termine enfin son message en remerciant ses proches. Parmi eux, un seul politique est désigné par son nom: Jean-François Copé, remercié en tant que président de l'UMP.

Pour peaufiner sa réaction au non-lieu, Nicolas Sarkozy a passé l'après-midi entouré de son directeur de cabinet, de son avocat et de sa conseillère en communication.

C'est sans doute à la suite de cette réunion que le président a choisi de réagir sur Facebook. Ce réseau social est devenu un moyen de communication privilégié de Nicolas Sarkozy. En mars dernier, il avait posté un premier long message à la suite de sa mise en examen, le premier depuis sa défaite de mai 2012. Un choix calculé, qui lui permet d'éviter un plateau de télévision classique, tout en paraissant plus humain aux yeux de l'opinion.

Ariane Kujawski