BFMTV

"S'il partage notre avis qu'il nous rejoigne", lance Sarkozy à Macron

Nicolas Sarkozy a ironisé sur Emmanuel Macron au sujet des déclarations du ministre de l'Economie sur le statut de fonctionnaire qui serait "inadapté".

Emmanuel Macron est la cible de nombreuses voix au PS, au PC et à EELV depuis ses déclarations sur le statut de fonctionnaire qu'il juge "inadapté". Et Nicolas Sarkozy s'est est pris lui aussi au ministre de l'Economie jeudi dans son discours de clôture des journées parlementaires à Reims. 

"Soit monsieur Macron pense ce qu'il dit et dans ce cas il doit quitter de toute urgence le gouvernement et nous rejoindre parce que nous pensons la même chose. Soit monsieur Macron ne pense pas un mot de ce qu'il dit et dans ce cas-là, il doit le quitter de toute urgence parce que le mensonge n'est pas une politique", a déclaré le président du parti Les Républicains.

"S'il partage notre avis qu'il nous rejoigne, s'il ne le partage pas qu'il avoue qu'il a menti et qu'il prépare son retour dans le privée", a également lancé l'ex chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy a également brocardé son successeur François Hollande qui a fait un mea culpa sur la TVA.

"La vie politique ne peut pas continuer comme ça parce-que quand ils nous mentent tous, nous en prenons une part des conséquences. Les Français se disent 's'il est possible là-haut de raconter n'importe quoi, de dire sans promettre, de dire sans tenir, alors à qui peut-on se fier?'", a-t-il poursuivi.

Un lapsus sur les ambitions personnelles

Le candidat à la primaire de la droite avait commencé son discours en expliquant qu'il comptait "redonner de la noblesse à la politique" avant que sa langue ne fourche sur les ambitions personnelles.

K. L.