BFMTV

Filoche: "J’ouvre le site macron-demission.fr"

Emmanuel Macron semble bel et bien dans le viseur d'une partie des militants socialistes. Ses déclarations polémiques à répétition ne passent pas auprès de l’aile gauche du parti. En guise de contestation, Gérard Filoche a créé un site où il exige sa démission.

Après le "ras-le-bol" d’Aubry, voilà celui de Filoche. Invité de BFM Story ce mercredi, le membre du bureau national du PS a indiqué avoir ouvert le site "macron-demission.fr", exaspéré par les nouvelles déclarations polémiques du ministre de l’Economie sur les fonctionnaires. "Plus vite il partira, plus on aura de chances de ne pas trop perdre les prochaines élections", a estimé le militant, connu pour ses prises de positions à gauche du parti.

"En deux mois, il s’est attaqué au code du travail, à celui de la fonction publique et aux 35 heures (…) Ce n’est pas un socialiste, c’est un OVNI étrange", a lancé Gérard Filoche sur BFMTV. "Si vous maintenez Macron dans le gouvernement, vous êtes sûrs d’augmenter l’abstention et de ne pas avoir les votes que nous méritons."

"Signez pour qu’il s’en aille!"

Persuadé que le ministre de l'Economie est "un handicap pour la gauche", le militant socialiste ne décolère pas et incite ses homologues à signer sa pétition en ligne. "Quand il est en Allemagne, il dit que les salariés sont trop protégés. Quand il va en Grande-Bretagne, il dit 'vous avez eu la chance d’avoir Margaret Thatcher'. Quand il est en France, il dit qu’il n’est pas là pour défendre les jobs existants (…) Je me demande comment il est arrivé dans ce gouvernement (…) Signez pour qu’il s’en aille!", a scandé Gérard Filoche.

Macron garde la cote auprès des sympathisants

Et pourtant… Si Emmanuel Macron est également considéré comme un "handicap" pour la gauche par 52% des Français, une large majorité des sympathisants PS (64%) estime à l’inverse qu’il est un "atout" pour son parti, selon un sondage Elabe pour BFMTV.

Par ailleurs, les questions soulevées par le ministre à propos de la fonction publique semblent rencontrer un écho positif auprès des Français. 65% d'entre eux se déclarent favorables à ce que le statut des fonctionnaires soit le même que celui des salariés du privé, contre 34% qui y sont opposés.

Pierjean Poirot