BFMTV

Radicalisation: Laurent Wauquiez dénonce "la coupable naïveté" d'Emmanuel Macron

Le chef des Républicains dénonce "l'irresponsabilité" d'Emmanuel Macron dans la lutte contre le terrorisme, et réclame une série de mesures qu'il défend depuis quelques années.

La mine grave, Laurent Wauquiez a pris la parole lundi matin, trois jours après l'attentat de Trèbes, dans l'Aude. "Cette guerre contre Daesh, on ne l'a pas gagnée", soutient le chef des Républicains, dénonçant "la candeur" et la "coupable naïveté" d'Emmanuel Macron sur le sujet. "On ne vaincra pas l'ennemi à coup de 'pas d'amalgame' et de beaux discours (...) Les Français peuvent être légitimement en colère", avance-t-il.

Laurent Wauquiez réclame une série de mesures qu'il défend depuis plusieurs années: le rétablissement de l'état d'urgence, levé à la fin du mois d'octobre, l'internement des fichés S de nationalité française "les plus dangereux", ainsi que l'expulsion des ressortissants étrangers faisant l'objet eux aussi d'une fiche S. "Quand on part faire le jihad, on trahit la France. Leur place n'est plus dans le pays. Les autorités d'Irak ou de Syrie doivent s'en occuper, peu m'importe leur sort", ajoute Laurent Wauquiez.

Ce que dit la loi sur ces mesures

A propos de l'internement des fichés S, le Conseil d'Etat, saisi par le gouvernement après les attentats du 13 novembre 2015, avait écrit: 

"il n’est pas possible d’autoriser par la loi, en dehors de toute procédure pénale, la rétention, dans des centres prévus à cet effet, des personnes radicalisées, présentant des indices de dangerosité et connues comme telles par les services de police, sans pour autant avoir déjà fait l’objet d’une condamnation pour des faits de terrorisme."

Autrement dit, impossible d'enfermer des fichés S s'ils n'ont pas auparavant été condamnés pour des faits de terrorisme. 

Quant à l'expulsion des étrangers fichés S, réclamée également par Marine Le Pen, elle est aussi problématique puisque le fichage ne signifie pas forcément que la personne est liée à la mouvance islamique. Elle ne signifie pas non plus que la personne a commis un délit ou un crime. Elle sert uniquement à alerter et collecter des informations sur une personne: elle n'a pas de valeur judiciaire.

A. K.