BFMTV

Juppé à Fillon: "il ne suffit pas de bomber le torse pour être réaliste"

Alain Juppé en meeting à La Garde, près de Toulon, le 27 octobre 2016.

Alain Juppé en meeting à La Garde, près de Toulon, le 27 octobre 2016. - Boris Horvat - AFP

Fort de bonnes prestations lors des débats télévisés, François Fillon n'en finit de monter dans les sondages. A tel point que le favori de la primaire Alain Juppé a attaqué son programme lundi sur RTL.

François Fillon est-il en passe d'être la surprise du premier tour de la primaire de la droite et du centre qui se tient dimanche 20 novembre? Fort de bonnes prestations lors des débats télévisés, l'ancien Premier ministre n'en finit de monter dans les sondages. A tel point que le favori du scrutin Alain Juppé, en baisse dans les études d'opinion, a attaqué son programme lundi sur RTL.

"Je pose un programme cohérent et réaliste", a affirmé Alain Juppé quand François Fillon propose de son côté la suppression de 600.000 postes de fonctionnaires en cinq ans. "Ça n'est pas possible (...) Il ne suffit pas de bomber le torse pour être réaliste et tenir ses engagements", tance Alain Juppé quand François Fillon a critiqué sa "mollesse"

Nicolas Sarkozy en a aussi pris pour son grade: "On n'a parfois pas été assez courageux pour faire quelques réformes, celles des 35 heures par exemple, ou quelques autres (...) On a fait aussi des erreurs, on a supprimé 10.000 postes de policiers", regrette-t-il notamment. 

"Rien n'est joué" pour la primaire

Alain Juppé a aussi estimé que "rien n'est joué", c'est pourquoi "il fera campagne jusqu'au bout". "J'ai toujours dit que rien n'était joué, le corps électoral est mal connu dans cette élection qui est tout à fait inédite, et donc ça sera serré, j'en ai parfaitement conscience. Conclusion: je ferai campagne jusqu'au bout avec confiance et détermination!", a-t-il lancé tout en soulignant néanmoins qu'il était "toujours en tête". 

Interrogé sur son utilisation d'une enseigne qui n'existe plus - "Prisunic"-, ce qui lui est arrivé à plusieurs reprises, il a expliqué qu'il faisait "lui-même à Bordeaux" ses courses chez "Monoprix", "Auchan" ou "Simply et Carrefour Market". "Je vis dans le monde réel et je fais la queue à la caisse de ces magasins", a-t-il dit.

S.A.