BFMTV

Ile-de-France: le Conseil régional déménagera à Saint-Ouen d’ici trois ans

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, lors de son premier discours le 18 décembre 2015.

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, lors de son premier discours le 18 décembre 2015. - Eric Feferberg - AFP

C’était une promesse de campagne symbolique de Valérie Pécresse, la présidente de la Région Ile-de-France. Le siège du Conseil régional va déménager de Paris à la banlieue, destination Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

"Tous les éléments sont réunis pour que le futur hôtel de Région soit implanté, dans un futur proche, à Saint-Ouen", annonce Valérie Pécresse dans un courrier envoyé ce vendredi aux salariés et aux élus de la Région Ile-de-France. Comme l’avait promis la présidente Les Républicains lors de sa campagne, le conseil régional va donc quitter Paris pour s’installer en banlieue, d’ici trois ans, à la mi-mandat.

Valérie Pécresse avait fait savoir en décembre 2015 qu’elle souhaitait l’implanter en Seine-Saint-Denis, cette annonce ayant été interprétée par certains comme un pied-de-nez à Claude Bartolone, député de ce département, et qui était opposé à elle dans la course à la tête de la Région.

Renoncer aux "palais de la République"

Ce projet, pour Valérie Pécresse, était même prioritaire. "Mon choix de cœur, c’est la Seine-Saint-Denis. Parce que derrière il y a le symbole que le Conseil régional s’inscrit dans les quartiers populaires", avait-elle déclaré sur Europe 1 en mars dernier. Sur Twitter, elle avait aussi évoqué "le symbole d'une région qui renonce aux palais de la République".

Ce projet de déménagement va en effet entraîner la vente du patrimoine immobilier de la Région, constitué de cinq hôtels particuliers et d'un immeuble, tous situés dans le très chic VIIIème arrondissement de Paris et dont la valeur est estimée à 250 millions d'euros.

Six sites avaient été retenus en avril, en Seine-et-Denis et dans le Val-de-Marne. La liste s’est ensuite réduite à trois propositions: Saint-Ouen, Saint-Denis et Ivry. Le choix de ce site s'est fait en dépit des "réserves très sérieuses" émises par la CGT, en raison de la "proximité immédiate d'une usine d'incinération des déchets et de la centrale de chauffage urbains fonctionnant au charbon". Longtemps bastion de la gauche, la ville de Saint-Ouen a basculé à droite lors des dernières élections municipales de mars 2014. 

"Moderne, beau, confortable et spacieux"

"Je suis maintenant convaincue, et l'étude du cabinet d'experts que nous avons sollicité nous l'a confirmé, que le site de Saint-Ouen réunit le plus d'atouts", avance Valérie Pécresse dans sa lettre, pour expliquer ce choix.

"Proximité des transports en commun, en particulier de la future gare du Grand Paris, tissu économique et culturel dynamique, sécurité de l'environnement, projet architectural... Nous allons pouvoir concevoir un hôtel de Région moderne, beau, confortable et spacieux", affirme-t-elle.

Le projet de déménagement prévoit de regrouper les 16 sites actuels des services de la région, qui regroupent 2.000 agents. La surface nécessaire pour cela avait été évaluée à 49.000 m².

Charlie Vandekerkhove avec AFP