BFMTV

François Fillon: "les animateurs" du débat "voulaient une baston entre candidats"

François Fillon

François Fillon - BFMTV

Interrogé sur le premier tour qui se tient dimanche dans plus de 10.000 bureaux de vote, François Fillon a admis "être inquiet" à propos d'éventuelles fraudes car "il y a un passif" dans son parti.

Agacé par la tournure des questions lors du troisième débat de la primaire de la droite et du centre, François Fillon a tapé du poing sur la table. Vendredi sur BFMTV et RMC, l'ancien Premier ministre à regretter que "que des questions aient été posées à certains candidats et pas à d'autres. (...) Nous voulons tous savoir ce que chacun pense de l'Europe, des sujets quotidiens comme la santé" ont aussi été laissé de côté.

Surtout, François Fillon a a dénoncé l'attitude des journalistes qui présentaient le débat. Nous n'étions pas là "pour faire plaisir à des animateurs qui voulaient organiser une baston entre candidats", a expliqué le troisième homme de la primaire et qui ne cesse de monter sondage après sondage. 

"Un passif" de fraude

Bénéficiant d'une bonne dynamique dans l'opinion depuis quelques jours, François Fillon a confirmé jeudi soir puisque c'est son nom qui arrive en tête, avec 33% du total des voix, d'un sondage BFMTV auprès de 1012 téléspectateurs dont 358 sympathisants de la droite ou du centre. Alain Juppé arrive immédiatement derrière lui avec 32% et Nicolas Sarkozy complète le trio avec 18%. 

Interrogé sur le premier tour qui se tient dimanche dans plus de 10.000 bureaux de vote, François Fillon a admis "être inquiet" à propos d'éventuelles fraudes car "il y a un passif". L'élu de la Sarthe a évoqué à ce sujet ses souvenirs de jeune militants comme l'élection controversée de 2012 qui l'avait opposé à Jean-François Copé.

Sûr de ses chances d'être qualifié pour le second tour, François Fillon a néanmoins confirmé que si ce n'est pas le cas, il donnerait "une consigne de vote" à ses partisans. "Sans enthousiasme", a-t-il ajouté dans un sourire.

S.A.