BFMTV

Affaire Benalla: la députée LaREM Sonia Krimi tire à boulets rouges sur son camp

L'élue de la majorité évoque "une affaire grave" et se dit "abasourdie".

Alors que beaucoup de députés de la majorité se contentent de répéter les mêmes éléments de langage, Sonia Krimi n'hésite pas à donner de la voix. La députée LaREM de la Manche était par exemple l'une des premières à faire entendre sa colère lorsque la France a refusé d'accueillir l'Aquarius et ses 600 migrants. Quelques jours après les premières révélations sur l'affaire Alexandre Benalla, l'élue ne mâche pas ses mots et fustige l'attitude de son camp, et du président, muré dans son silence. 

"Je ne comprends pas pourquoi Alexandre Benalla n'a pas été viré le 2 mai. Je suis abasourdie. On avait été élus pour la transparence, ça ressemble au vieux monde", a attaqué la députée samedi, dans des propos prononcés dans la salle des quatre colonnes de l'Assemblée nationale et rapportés par LCI.

"Une affaire grave"

Invitée d'Europe 1 ce dimanche matin, elle a poursuivi sur le même registre. "Il faut se reprendre, éclaircir les choses et ne pas resrer dans notre camp en disant que c'est la faute de l'opposition", a dénoncé Sonia Krimi. Alors que les travaux de l'Assemblée nationale sont paralysés par cette affaire d'Etat, beaucoup de députés marcheurs accusent en effet les oppositions de vouloir perturber le travail parlementaire, qui devrait porter sur le projet de réforme constitutionnelle.

Sur BFMTV, elle a encore évoqué "une affaire grave". 

"Il faut avoir le courage et l'audace de dire 'on s'est trompés'. C'est une affaire grave, qui n'était pas transparente depuis le départ alors que nous avons promis aux Français transparence, probité. Ils ne comprennent pas aujourd'hui pourquoi on ne prend pas la parole, pourquoi l'exécutif ne se justifie pas", a dénoncé Sonia Krimi. 

"Personne n'est au-dessus de la loi, et quand un conseiller travaille auprès d'Emmanuel Macron je veux savoir quelles sont ses compétences, combien il est payé... Sinon on sera comme les autres", a conclu la députée, depuis l'Assemblée. 

Charlie Vandekerkhove