BFMTV

Jean-Marie Le Pen pense que sa fille a le "gabarit" d'Angela Merkel

Jean-Marie Le Pen à côté de sa fille Marine Le Pen lors du congrès des jeunes du Front national cet été 2014

Jean-Marie Le Pen à côté de sa fille Marine Le Pen lors du congrès des jeunes du Front national cet été 2014 - Valéry Hache - AFP

Sous l'impulsion de Marine Le Pen, le Front national "s'est considérablement développé", se réjouit le président d'honneur du parti, qui estime que sa fille peut viser l'Elysée en 2017. Lui se dit prêt à emporter la région PACA aux régionales de 2015.

Alors que le Front national se réunit en congrès ce week-end, Jean-Marie Le Pen se dit fier d'avoir fondé "une marque qui peut gagner l'élection présidentielle", dans un entretien au Parisien vendredi. Le président d'honneur du FN exclut de procéder à un changement de nom du parti. Pour le faire accéder au pouvoir, l'ancien candidat aux élections présidentielles de 1974 à 2007, ne voit personne d'autre que sa fille Marine Le Pen.

"Je pense qu'elle sera élue présidente de la République"

La présidente du mouvement - une "écrasante tâche" - est "du gabarit de madame Merkel (la chancelière allemande) ou de madame Thatcher (l'ancienne Premier ministre britannique)", assure le père. De son côté, la fille veut "démontrer" qu'elle incarne "une dernière chance pour la France", expliquait-elle au Figaro.

"Je pense qu'elle sera élue présidente de la République", a-t-il assuré vendredi soir sur BFMTV. Sous l'impulsion de Marine Le Pen, le Front national "s'est considérablement développé", se réjouit Jean-Marie Le Pen, qui pointe les récents résultats obtenus aux européennes, remportées par le FN en 2014. Quant à lui, il vise les régionales de 2015 dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et pousse Marine Le Pen à faire de même car "une victoire la propulserait vers 2017".

La "meilleure locomotive" en Paca pour les régionales 

"Je suis la meilleure locomotive compte tenu de mes derniers résultats dans la région. Je suis le candidat rêvé", explique Jean-Marie Le Pen au Parisien. Pas de place donc pour sa petite-fille, la député Marion Maréchal-Le Pen, déjà élue députée du Vaucluse et qui avait annoncé sur BFMTV qu'elle se retirerait si son grand-père "décidait d'être candidat".

"Le Paca, c'est un gouvernement comme le Danemark", argumente l'eurodéputé. "Cela demande une expérience tout de même". Un vécu que la jeune héritière de la famille - qui "fait de la politique par devoir", a expliqué Jean-Marie Le Pen sur BFMTV - pourrait peaufiner au sein du comité central du FN, dont l'élection aura lieu ce week-end à Lyon.

Arracher une victoire symbolique sur le très actif vice-président du parti, l'ancien chevènementiste Florian Philippot, sera un gage fort pour l'avenir. D'ailleurs le président d'honneur apprécie-t-il celui qui porte la parole médiatique du FN? "J'ai des relations tout à fait convenables avec lui", assure-t-il sur BFMTV vendredi soir. 

"Pompes le matin, verre de rouge à midi"

En attendant, Jean-Marie Le Pen ne regrette aucune de ses prises de position controversées, même si la dernière en date n'avait pas du tout plus à sa fille Marine Le Pen: la "fournée" contre Patrick Bruel et les artistes qui refusaient de se produire dans les municipalités dirigées par le FN n'avait pas plu du tout à la présidente de la "dédiabolisation".

Jean-Marie Le Pen défend aussi l'utilisation du "détail de l'Histoire" au sujet des chambres à gaz utilisées par les nazis contre les Juifs: une "opinion". En fait, il préfère livrer son secret pour garder la forme: "Cinquante pompes tous les matins et un verre de vin chaque midi". 

dossier :

Angela Merkel

S.A.