BFMTV

L'Élysée accuse Alexandre Benalla d'avoir utilisé un faux document pour obtenir un passeport de service

Devant la commission d'enquête sénatoriale ce mercredi, le ministre de l'Intérieur a donné des précisions sur la façon dont Alexandre Benalla a demandé à l'Intérieur un passeport de service à l'aide d'un document non-signé. Quelques heures plus tôt, le directeur de cabinet du chef de l'Etat avait évoqué une "falsification".

L'affaire Benalla est de retour au Sénat. De nouveau auditionné ce mercredi après-midi par la commission d'enquête sénatoriale à propos des nouvelles révélations sur les passeports diplomatiques d'Alexandre Benalla, Christophe Castaner est revenu sur les soupçons évoqués par Patrick Strzoda, qui était entendu quelques heures plus tôt. 

Plus tôt dans la journée, le directeur de cabinet du président avait accusé Alexandre Benalla de "falsification" de document en vue d'obtenir un passeport de service, indiquant que la justice avait été saisie. "Pour obtenir ce passeport, M. Benalla a adressé au ministère de l'Intérieur une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet, une note non signée de façon manuscrite", avait indiqué Patrick Strzoda.

Un document non-signé de sa main

Devant la commission, le ministre de l'Intérieur a détaillé le déroulement de cette demande de passeport. "Mr. Benalla s'adresse directement à nos services et demande un passeport de service", explique Christophe Castaner.

Les services du ministère lui indiquent alors que cette demande doit provenir "de son autorité hiérarchique". Quelques jours plus tard donc, "(Alexandre Benalla) nous remet une lettre qui est un original signé, ce qui veut dire qu'elle n'est pas signée". "Cela n'a pas éveillé les soupçons de vos services?" l'interroge alors un sénateur. "Non, car il nous remet un original signé (...) c'est l'usage", lui répond Christophe Castaner.

"Le document en question, que je vais remettre au président (de la commission)", (...) et qui motive les raisons de cette demande de passeports, porte la mention 'original signé' mais il n'est pas signé réellement. À ce moment là pour le service, il a son document. La démarche est faite, le dossier est complet, en à peine une semaine le dossier est émis et dans ce cadre là, il a eu son information", explique encore le ministre. 

Les deux passeports de service annulés le 30 juillet

Pourquoi Alexandre Benalla avait-il deux passeports de service?, s'interrogent ensuite les sénateurs de la commission des lois, réunis en commission d'enquête.

"Dans certaines circonstances, on demande deux passeports en cas de visas incompatibles d'un pays à l'autre, soit en raison de nombreux voyages professionnels", a expliqué Christophe Castaner, ajoutant: "Ce que je peux vous dire, c'est que M. Benalla a restitué le 11 janvier l'un des deux passeports de service".

Le second n'a toujours pas été remis, précise le ministre de l'Intérieur. Le ministre de l'Intérieur a également confirmé que les deux passeports de service avaient été annulés dès le 30 juillet 2018. "Dans le cas de M. Benalla, le ministère de l'Intérieur a entendu parler de sa situation professionnelle et a "débranché" les deux passeports dès le 30 juillet, au lendemain du renvoi d'Alexandre Benalla. Ils avaient donc perdu leur capacité d'usage."

En juillet dernier, Christophe Castaner était délégué général du parti présidentiel LaREM lors de la première audition. Il est cette fois entendu en sa qualité de ministre de l'Intérieur.

Jeanne Bulant