BFMTV

Benoît Hamon: "on ne fera jamais une loi qui supprime le mensonge"

Le ministre délégué à la Consommation et à la Solidarité, Benoît Hamon, le 10 avril 2013 sur BFMTV

Le ministre délégué à la Consommation et à la Solidarité, Benoît Hamon, le 10 avril 2013 sur BFMTV - -

Invité de BFMTV mercredi matin, Benoît Hamon a défendu le projet de loi annoncé lundi, avec quelques réserves.

A la manière d'Arnaud Montebourg, Benoît Hamon a dénoncé mercredi "la politique d'austérité menée en Europe". "Je fais partie de ceux qui considèrent que cette politique menée par la droite allemande va conduire l'Europe dans une impasse", a soutenu mercredi matin sur BFMTV le ministre délégué à la Solidarité.

Selon lui, cette politique est "incapable de proposer autre chose que des sacrifices qui va aboutir sur plus de chômage et de pauvreté".

"Courir un marathon sur le rythme d'un 400m"

Et de prendre ses distances avec la politique menée "par la droite allemande". "En France, nous ne conduisons pas une politique d'austérité, nous conduisons une politique d'efforts que nous avons voulu compenser par des mesures en faveur de l'emploi, a encore expliqué Benoît Hamon. Mais cette politique se fait dans un environnement et cet environnement peut neutraliser la politique française mise en place."

Et de citer "le pacte de croissance" lancé par François Hollande. Sur les divergences avec l'Allemagne, Benoît Hamon a repris l'expression de "tension amicale" de François Hollande, estimant que cette tension était "indispensable pour réorienter le projet européen". "On nous oblige à courir un marathon sur le rythme d'un 400m", a-t-il encore dénoncé.

"Nous devons évaluer si cette politique est soutenable: si le chômage continue d'augmenter, il faudra trouver d'autres leviers" a estimé Benoît Hamon, tout en réaffirmant que l'objectif français d'inverser la cuorbe du chômage d'ici à la fin 2013 était "parfaitement atteignable".

"On ne fera jamais une loi qui supprime le mensonge"

Puis interrogé sur le projet sur la moralisation de la vie politique, présenté le 24 avril prochain, Benoît Hamon a défendu l'initiative, avec quelques réserves. "La loi sur la moralisation de la vie politique est importante mais il faut aussi s'attaquer au système des paradis fiscaux", a souligné Benoît Hamon, estimant notamment nécessaire d'organiser la levée du secret bancaire au sein de l'Union européenne. Et s'il défend l'initiative de transparence de l'exécutif, Benoît Hamon reste circonspect sur les résultats. "On ne fera jamais une loi qui supprime le mensonge".

Enfin, Benoît Hamon a de nouveau défendu une loi en faveur des actions de groupe, ces recours collectifs en justice. "Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy avaient reculé sous la ression du Medef, François Hollande le fera", a-t-il promis annonçant qu'un texte serait présenté le 2 mai prochain.

A LIRE AUSSI:

>> Moralisation de la vie politique: vraie ou fausse bonne idée?

>> Sur quoi va porter la moralisation de la vie politique?

>> Austérité: François Hollande est-il est allé trop loin?

dossier :

Benoît Hamon

Sandrine Cochard