BFMTV

Il y aura un candidat écologiste à la présidentielle de 2022, "c'est une évidence", assure Jadot

À l'élection présidentielle de 2017, l'eurodéputé écologiste avait choisi de s'effacer derrière la candidature de Benoît Hamon. Invité de BFMTV-RMC ce jeudi, il a insisté sur le fait que ce scénario ne se reproduirait pas.

"Il faut que l'écologie prenne le pouvoir", clame Yannick Jadot. Invité de notre antenne ce jeudi matin, l'eurodéputé écologiste s'est exprimé au sujet des prochaines échéances électorales. En particulier la présidentielle de 2022, que l'intéressé souhaite radicalement différente de la précédente sur un point: la présence d'un candidat écologiste. 

Si le député européen a pris soin d'exclure toute volonté hégémonique de son parti, Europe Écologie-Les Verts, il a insisté sur le fait qu'il y aurait bien un candidat 100% écolo en 2022. "Ça, c'est une évidence", a-t-il déclaré, comme en écho à l'entretien qu'il a accordé au Parisien, paru ce même jeudi. "Le temps des écologistes est venu", y affirme-t-il. 

"Je vais contribuer à construire le grand projet de l'écologie, qui va rassembler tous ceux qui y croient", a poursuivi Yannick Jadot sur BFMTV-RMC. "Tous ceux qui disent aujourd'hui, 'l'écologie doit être le cœur de la recomposition politique', (...) je les invite à nous rejoindre."

Jadot candidat? "On verra"

Au-delà des questions d'étiquette, un tel scénario trancherait avec celui de l'élection présidentielle de 2017. À l'issue de la primaire d'EELV, dont il était sorti vainqueur, Yannick Jadot avait choisi de se désister en faveur du candidat socialiste Benoît Hamon. Une première depuis 1974, qui a accouché du résultat qu'on connaît - 6,36% des voix au premier tour. 

Fort de sa troisième place aux dernières élections européennes, l'ex-communicant de Greenpeace sera-t-il ce candidat du "rassemblement écologiste"? "On verra, ce n'est pas le sujet d'aujourd'hui", a-t-il esquivé.

"Je vais m'investir dans les municipales, parce que la vie quotidienne, la vie locale, l'alimentation, le logement, les déplacements, c'est essentiel."

Pas d'alliance nationale avec la droite

En amont de ces échéances de mars 2020, Yannick Jadot n'a pas souhaité indiquer s'il tiendrait compte des étiquettes pour nouer des alliances ponctuelles avec des élus locaux. Au niveau national, néanmoins, il a récusé toute volonté de travailler avec Les Républicains, "dans la négation de la question écologique" d'après lui.

Quant au Parti socialiste, reste à savoir s'il se laissera séduire par les velléités de rassemblement du leader écologiste. Sur France 2 ce même jeudi matin, le premier secrétaire du PS Olivier Faure a invité Yannick Jadot à la modestie:

"L'erreur, (...) c'est de toujours penser que parce qu'on a gagné une élection, on est devenu le roi du pétrole." 
dossier :

Benoît Hamon

Jules Pecnard