BFMTV

Agnès Buzyn favorable à la réquisition de nouveaux lieux pour accueillir les SDF

La ministre de la Santé s'est dit favorable à la réquisition de nouveaux lieux pour en faire des centres d'hébergement d'urgence. Elle souhaite donner la priorité aux familles, et a précisé que rien qu'à Paris, au moins 45 enfants dormaient dans la rue.

Avec l'arrivée de la neige et des températures négatives, le plan grand froid a été activé en France dans de nombreuses régions afin d'augmenter le nombre de places d'hébergement d'urgence pour les sans-abri. Dimanche, la Ville de Paris a annoncé 1000 places supplémentaires, et proposé à l'Etat deux nouveaux sites pour l'accueil des SDF, dont certains sont des enfants: le Val-de-Grâce, qui est la propriété du ministère des Armées, ainsi qu'un terrain de plus de 1000 mètres carré à Neuilly, qui appartient à la Ville de Paris et aux Beaux-Arts.

1000 places au moins manquent à Paris

Invitée de BFMTV et RMC, Agnès Buzyn a précisé que 120.000 places d'hébergement étaient actuellement disponibles dans toute la France, et que 2700 lits supplémentaires avaient été ouverts à Paris. Un chiffre qui ne couvre cependant pas la totalité des demandes. Dans la capitale, 1000 demandes ne sont toujours pas couvertes et au 17 octobre, selon une enquête auprès du Samu social, 45 enfants dormaient dans la rue.

"Nous devons impérativement trouver une solution pour le grand froid qui arrive", a déclaré la ministre. 

Agnès Buzyn s'est dit ce mardi matin favorable à la réquisition de nouveaux lieux pour accueillir les familles sans logement, sans se préciser quels pourraient être ces nouveaux locaux. 

De nouveaux lieux bientôt réquisitionnés

"Tout cela est en cours de travail avec les différents services, je suis favorable à réquisitionner des lieux", a déclaré la ministre de la Santé, qui a ajouté avoir demandé à Julien Denormandie, au ministère du Logement, de donner la priorité aux familles avec enfants. 

"Il est totalement intolérable que des enfants soient dans la rue donc il faut trouver une solution, on y travaille. Je ne peux pas m’avancer sur le Val de Grâce, je dis que des réquisitions de lieu doivent pouvoir être travaillées. Cela dépend du ministère du Logement donc je travaille avec eux, mais ma priorité c’est qu’aucune famille et aucun enfant ne dorme dans la rue cet hiver", a expliqué la ministre.

Charlie Vandekerkhove